/news/politics
Navigation

Le candidat Scheer s’engage à ne pas rouvrir le débat sur l’avortement et le mariage gai

Andrew Scheer
Photo AGENCE QMI, Matthew Usherwood Andrew Scheer

Coup d'oeil sur cet article

Ouvertement contre le mariage gai, l'avortement et le suicide assisté, le nouveau candidat à la direction du Parti conservateur, Andrew Scheer, s'engage à ne pas raviver le débat sur ces questions.

Le député de la Saskatchewan, élu pour la première fois en 2004, s’est officiellement jeté dans la course, mercredi, en vue de succéder à son ancien chef Stephen Harper.

Ce père de famille de cinq enfants et ex-président de la Chambre des communes sous le gouvernement Harper a voulu se présenter comme le candidat capable de maintenir l’unité du Parti conservateur.

«Le focus de ma candidature est l’unité du caucus et du Parti conservateur», a-t-il déclaré, lors d’un point de presse à Ottawa. (...) Ce n’est pas à moi de rouvrir le débat sur ces enjeux», a-t-il ajouté en français.

Il se décrit comme un «vrai conservateur», disant vouloir faire campagne sur le libre marché, la loi et l’ordre, les familles et des taxes peu élevées.

Le candidat bilingue était entouré d’une dizaine de députés lors de l’annonce officielle de sa candidature, mais aucun conservateur du Québec n’était présent.

Celui qui avait appuyé en 2006 la motion du gouvernement Harper reconnaissant que les Québécois «forment une nation au sein d'un Canada uni» dit vouloir accorder une place importante au Québec dans son parti.

«Le chef du Parti conservateur doit être en mesure de communiquer avec l’ensemble des Canadiens dans les deux langues officielles. Le Québec est un élément essentiel de notre identité nationale. Les Québécois doivent avoir une voix forte dans notre parti et dans notre gouvernement national», a-t-il déclaré.

Il s’est dit en faveur d’un gouvernement fédéral décentralisé. «J’ai toujours cru que toutes les provinces, et particulièrement le Québec, sont mieux servies par un gouvernement fédéral qui sort du chemin et permet aux gouvernements provinciaux de faire ce qui est le mieux pour le peuple. L’inévitable expansion du pouvoir fédéral sous le gouvernement libéral inquiète les fédéralistes québécois», a-t-il déploré.

Outre M. Scheer, les autres candidats dans la course sont Maxime Bernier, Michael Chong, Tony Clement, Kellie Leitch et Deepak Obhrai.