/news/green
Navigation

Moins de stationnement demandé pour le train de la Caisse

Des environnementalistes craignent l’usage de l’auto

REM
Photo Courtoisie Des organismes souhaitent que la Caisse privilégie les connexions du nouveau train avec le réseau actuel plutôt que d’ajouter du stationnement incitatif.

Coup d'oeil sur cet article

Christopher Nardi et Camille Gaior, Le Journal de Montréal et Agence QMI

Le futur réseau électrique métropolitain doit limiter le nombre de stationnements incitatifs, selon des groupes environnementaux.

«Le stationnement incitatif est un piège, car s’il est développé en trop grand nombre, il contribue à amener des autos de toujours plus loin en incitant les gens à s’installer souvent dans des milieux naturels», lance Christian Savard, de Vivre en Ville.

Son organisme a cosigné avec Équiterre et le Regroupement national des conseils régionaux de l’environnement du Québec un mémoire qui sera déposé jeudi au Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE). L’organisme étudie présentement le projet de 5,5 G$ de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ).

Dans certains cas, selon lui, le stationnement incitatif peut même amener l’usager à reprendre son automobile.

«Sur la ligne Sainte-Anne-de-Bellevue par exemple, les résidents pourraient préférer prendre la voiture pour se rendre à la station du REM, plutôt que de prendre l’autobus», ajoute-t-il.

Pour ces groupes, le développement du train électrique ne sera efficace que si les Villes développent le transport collectif vers les gares et que le gouvernement investit dans le réseau actuel.

«On aura potentiellement plus d’usagers dans le réseau [de la STM] sur lequel on est déjà coincés comme des sardines», ajoute M. Savard.

Mirabel délaissée

De son côté, le maire de Mirabel, Jean Bouchard, supplie la CDPQ de prolonger l’antenne de Deux-Montagnes jusqu’à sa ville de la Rive-Nord. Il est même allé jusqu’à dire que ses résidents s’en serviraient plus que les citoyens de certaines villes de l’ouest de Montréal.

<b>Jean Bouchard</b><br /><i>Maire de Mirabel</i>
Photo d'archives Agence QMI
Jean Bouchard
Maire de Mirabel

«Nous croyons que les citoyens actifs de Mirabel profiteront plus du REM que les citoyens de Baie-D’Urfé, Senneville, Sainte-Anne-de-Bellevue, Beaconsfield ou Pierrefonds», a lancé le maire aux commissaires du BAPE mercredi.

Pour réaliser son projet, M. Bouchard a recommandé la construction de trois nouvelles gares après l’arrêt Deux-Montagnes, soit Albert-Mondou, Saint-Augustin et le terminus Mirabel. Il n’a pas estimé le coût d’une telle prolongation.

«Nous croyons en fait qu’une antenne sur le site aéroportuaire de Mirabel contribuerait à augmenter non seulement la rentabilité financière du projet pour la CDPQ, dès son entrée en service, mais aussi la rentabilité socio-économique pour la [grande région montréalaise]», a résumé le maire.