/24m/job-training
Navigation

Pourquoi les Scandinaves et particulièrement les Danois sont-ils plus heureux au travail?

Pourquoi les Scandinaves et particulièrement les Danois sont-ils plus heureux au travail?
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

À chaque palmarès de bonheur au travail, personne n’est surpris du 1er rang occupé depuis des décennies par les Scandinaves. Mais qu’en est-il exactement? Ont-ils des secrets que nous pourrions adopter ou tout le moins adapter chez nous, à notre mode de vie nord-américain?

Le livre Heureux comme un Danois, de la Franco-Danoise Malene Rydahl, a été publié par Grasset en 2014. Dans ce livre, l’auteure explique ce qu’il en est au Danemark. Elle a matière à comparer puisqu’elle vit en France depuis 20 ans et qu’elle a pu constater que, dans ce pays, les grèves et les manifestations de toutes sortes monopolisent l’attention et engorgent tous les mois autoroutes, aéroports, grandes places et artères municipales pour engendrer plusieurs insatisfactions!

POUR ÊTRE « HEUREUX COMME UN DANOIS »

L’auteure exprime quelques-unes des différences et des choix de société que les Danois ont faits, dont ils sont fiers et qui leur valent depuis quelques années ce titre de pays le plus heureux au monde. Fine observatrice de ce qui distingue son pays d’origine de son pays d’adoption, elle dit pourquoi le Danemark arrive en tête du classement international du bonheur et du dernier palmarès 2016 des Nations Unies (Sustainable Development Solutions Network), qui a comparé 156 pays en 2013-2015, la France se classant 32e, les États-Unis 13e et le Canada 6e, derrière la Suisse, l’Islande, la Norvège et la Finlande.

Voici quelques points mentionnés par Malene Rydahl qui expliquent le bonheur des Danois, même si tout n’est évidemment pas parfait :

• La grande confiance des Danois, entre eux et à l’égard de leurs institutions;

• L’égalité entre les hommes et les femmes pleinement assumée, les femmes occupant 43 % des postes de direction dans la fonction publique danoise;

• La volonté et l’envie de participer à un projet commun au bénéfice de la collectivité;

• Le système scolaire (gratuit) qui cultive le développement de la personnalité de chacun;

• L’importance de donner à tous les citoyens la liberté de trouver leur place;

• L’absence de course à « être le meilleur »;

Une population heureuse dans l’ensemble, voilà la priorité des Danois, même si pour financer les programmes sociaux, la pression fiscale est la plus élevée au monde avec un taux d’imposition sur le revenu s’élevant à 60 % et une taxe à la consommation (TVA) s’élevant à 25 %.

À cela on pourrait ajouter que les Danois savent se contenter de ce qui leur est offert et qu’ils ne cherchent en aucun cas à être les meilleurs ou à se distinguer de quelque manière que ce soit. Quelque part, cette manière de faire rend plus facile la pensée collective et éloigne l’individualisme qui crée tant de conflits dans les autres pays. Avec tout ce qui précède, on a le

goût d’en savoir davantage sur les 10 clés du bonheur qui rendent heureux les Danois. Bonne lecture!

 

Être assis entre deux chaises, c’est inconfortable

Votre entrevue annuelle s’étant bien passée, vous voilà garanti d’avoir le poste de votre collègue qui part à la retraite sous peu. Mais voilà, il a décidé de prendre sa retraite six mois plus tard, ce qui change quelque peu vos plans. Certes, sa décision est louable, mais cela ne fait pas trop votre affaire, car vous vous étiez déjà préparé psychologiquement à ce nouveau travail et à ces nouvelles responsabilités.

Il vous faut à présent continuer à remplir votre rôle comme si de rien n’était. Même si la situation est inconfortable, vous devrez prendre votre mal en patience et continuer de collaborer en attendant de pouvoir relever ce nouveau défi.

Au fil du temps, les choses vont se remettre en place et une fois les sentiments de déception retombés, vous allez vite retrouver votre routine habituelle. Car, après tout, il ne s’agit que d’un retard à accuser dans vos projets, ceux-ci ne sont pas pour autant remis en question. Profitez-en pour trouver un but à atteindre en attendant que le poste se libère; suivant ce que vous aurez choisi, il pourrait être utile à la poursuite de vos objectifs.

Et surtout, gardez le moral, car comme dit le proverbe, tout vient à point à qui sait attendre. Ne perdez pas de vue que cette situation n’est que temporaire et que vous pourriez apprendre davantage de cette expérience. Vous pourriez en profiter pour demander de plus amples conseils au futur retraité et vérifier si toutes les responsabilités liées à l’emploi ont bien été anticipées. Voyez ce sursis comme une occasion favorable de vous préparer adéquatement à votre futur poste.