/news/currentevents
Navigation

Front commun à la défense d’un reporter

On réclame le retrait de la plainte des juges

juge Suzanne Vadboncoeur
Photo Chantal Poirier Michaël Nguyen, journaliste

Coup d'oeil sur cet article

Quatre associations de défense des droits des journalistes ont uni leurs voix vendredi pour demander au Conseil de la magistrature du Québec de retirer sa plainte contre le journaliste du Journal Michaël Nguyen.

«C’est la première fois que nous nous engageons directement auprès du Conseil de la magistrature du Québec, assure la porte-parole de Reporters sans frontières (RSF) pour les États-Unis, Margaux Ewen. On va continuer de mettre la pression nécessaire s’il n’y a pas de résultats.»

La Sûreté du Québec a mené une perquisition dans les locaux du Journal de Montréal le 21 septembre pour saisir l’ordinateur de M. Nguyen, qui avait écrit sur un incident impliquant la juge Suzanne Vadboncœur, de la Cour du Québec.

RSF, la Fédération professionnelle des journalistes du Québec, la Canadian Association of Journalists et Canadian Journalists for Free Expression (CJFE) ont envoyé hier une lettre conjointe par courriel au Conseil de la magistrature pour réclamer la fin des procédures contre le journaliste.

Ils demandent aussi que son ordinateur de travail lui soit rendu dans les plus brefs délais.

« Inacceptable »

«La saisie de l’ordinateur est une violation inacceptable de la liberté de presse et un acte d’intimidation contre un journaliste qui faisait simplement son travail», a écrit le directeur exécutif de CJFE, Tom Henheffer.

L’article à l’origine de la perquisition avait révélé que la juge Vadboncœur était visée par une plainte au Conseil de la magistrature pour avoir apparemment insulté des constables spéciaux et s’être montrée agressive envers eux en décembre 2015.

La saisie vise à établir comment le journaliste a obtenu certaines informations.

Dans un communiqué envoyé en début de semaine, RSF rappelle que cette «nouvelle entrave à la liberté de la presse au Canada intervient alors que la Cour supérieure de l’Ontario [a] ordonné à un journaliste de VICE News de remettre sa correspondance avec une source à la Gendarmerie royale du Canada».

Le Canada est 18e sur 180 pays dans le Classement mondial de la liberté de la presse, après avoir chuté de 10 places en 2015, selon les données publiées cette année par RSF.