/news/politics
Navigation

Coiteux promet un projet de loi déposé rapidement

Le ministre Martin Coiteux promet la proposition législative sur l’autonomie municipale pour bientôt

« Ça fait 30 ans que vous réclamez une gouvernance de proximité. Nous vous avons entendus », a déclaré hier le ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux, aux membres réunis au Centre des congrès de Québec.
Photo Pierre-Paul Biron « Ça fait 30 ans que vous réclamez une gouvernance de proximité. Nous vous avons entendus », a déclaré hier le ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux, aux membres réunis au Centre des congrès de Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Le ministre des Affaires municipales Martin Coiteux tenait à rassurer les membres de la Fédération québécoise des municipalités (FQM) et a promis le projet de loi sur l’autonomie municipale «avant les premières neiges» samedi en clôture de leur congrès annuel.

Le ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux, tenait à rassurer les membres de la Fédération québécoise des municipalités (FQM) et a promis le projet de loi sur l’autonomie municipale «avant les premières neiges», samedi, en clôture de leur congrès annuel.

Le projet de loi annoncé jeudi lors du passage de Philippe Couillard au congrès de la FQM sera déposé rapidement par son gouvernement. «Ça fait 30 ans que vous réclamez une gouvernance de proximité. Nous vous avons entendus. Ce ne sera pas déposé à la fin de l’automne, ce sera avant les premières neiges», a lancé le ministre Coiteux aux membres réunis au Centre des congrès de Québec.

Le président de la fédération, Richard Lehoux, refuse toutefois de trop se réjouir avant d’avoir le texte sous les yeux. «Il répète qu’on ne nous a pas seulement entendus, mais qu’on nous a écoutés. Le message semble avoir été entendu, mais on va voir ce qu’il va y avoir dans le projet de loi», a indiqué M. Lehoux à la suite d’une rencontre qualifiée de positive avec le ministre.

Tensions sur les hydrocarbures

Si la question du projet de loi sur l’autonomie semble en voie de se régler, le dossier des hydrocarbures, lui, continue de diviser le gouvernement et la fédération. Les membres ont d’ailleurs voté unanimement samedi une résolution demandant un moratoire panquébécois de cinq ans. «Pour nous, c’est primordial que l’intérêt des municipalités soit pris en compte», affirme M. Lehoux.

Le ministre insiste toutefois pour dire que le gouvernement a écouté les municipalités en amendant le projet de loi qui ne fait toujours pas l’unanimité. «On va leur permettre d’établir des zones qui ne sont pas compatibles avec l’exploration ou l’exploitation pétrolière, ce qui n’est pas le cas actuellement. C’est un geste majeur», estime Martin Coiteux.

Télécommunications

Parmi les autres dossiers chauds qui ont meublé ce 75e congrès de la FQM, celui de l’accès à internet haute vitesse et à la téléphonie cellulaire a retenu l’attention. «Ce n’est pas compliqué, s’il y a un accès à l’électricité quelque part, nous demandons qu’il y ait aussi un accès à internet haute vitesse», plaide Richard Lehoux.

Il déplore que les sommes promises par les deux paliers de gouvernement pour étendre la couverture cellulaire et l’accès à internet se fassent attendre. «C’est le développement de nos régions qui en souffre. On ne peut pas prétendre que l’on développe toutes nos régions à vitesse égale quand certaines n’ont pas accès à ces services.»