/24m
Navigation

Mois de sensibilisation au cancer du sein: encourager le dépistage précoce

Julie Chartrand et Anne Valérie Sirois participaient dimanche à la 20e édition de la Course à la vie CIBC.
Photo 24 heures, Camille Dufétel Julie Chartrand et Anne Valérie Sirois participaient dimanche à la 20e édition de la Course à la vie CIBC.

Coup d'oeil sur cet article

Écouter les signaux de notre corps et se faire dépister rapidement est primordial, ont rappelé dimanche des survivantes au cancer du sein qui ne se seraient pas attendues à un tel diagnostic.

«Initialement ce n’était pas quelque chose que je prenais au sérieux: j’avais des démangeaisons au niveau de la poitrine», a indiqué Francine Page, directrice du comité organisateur montréalais de la Course à la vie CIBC. «Je ne pouvais pas imaginer ce qui allait suivre», a ajouté celle qui a reçu un diagnostic de cancer du sein en mars 2013, à 47 ans.

Dimanche, plusieurs milliers de participants prenaient part à la 20e Course à la vie, une course et une marche au profit de la cause du cancer du sein au Québec au départ du parc Maisonneuve.

Pour Mme Page, c’est une intervention radiophonique de Mitsou Gélinas, porte-parole bénévole de la Fondation cancer du sein du Québec, qui l’a poussée à se faire dépister. «Elle parlait des signes à surveiller, elle disait de tout vérifier, dès qu’on sent qu’on a quelque chose d’anormal, même si ça paraît anodin.»

Mme Page a subi une mastectomie totale quelques mois après son diagnostic. «J’ai réalisé que c’était grâce à la Fondation que j’avais réagi si rapidement. Il fallait que j’aille aider d’autres femmes.»

Solidaires

Parmi les participants, Anne Valérie Sirois, 41 ans, et Julie Chartrand, 40 ans, ont été diagnostiquées respectivement en février 2015 et 2016. «Je viens de terminer la chimiothérapie, a expliqué Julie Chartrand. Je dirais aux femmes qui en souffrent de ne pas lâcher et aux autres d’aller se faire dépister, on ne va pas nécessairement nous chercher pour qu’on le fasse.»

Pour Anne Valérie Sirois, en rémission et venue accompagnée de ses enfants, il était important d’être présente à cet événement de sensibilisation. «Je le fais aussi pour mes descendants.»

Selon la Fondation, dans la province, cette maladie, deuxième cause de mortalité féminine par cancer, touche en moyenne une femme sur neuf. L’événement de dimanche avait lieu simultanément à Québec, à Sherbrooke et à Val-d’Or et a permis d’amasser 1 150 000 $ pour cette cause.