/finance/business
Navigation

Québec mise sur des camions et des autobus électriques

Le gouvernement investit 8,6 M$ dans un consortium de cinq entreprises

Le président d’AddÉnergie, Louis Tremblay, et le président d’Autobus Lion, Marc Bédard, font partie d’un consortium de cinq entreprises qui bénéficieront d’un appui financier annoncé par la ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation, Dominique Anglade.
Photo Jean-François Desgagnés Le président d’AddÉnergie, Louis Tremblay, et le président d’Autobus Lion, Marc Bédard, font partie d’un consortium de cinq entreprises qui bénéficieront d’un appui financier annoncé par la ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation, Dominique Anglade.

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Couillard espère voir davantage d’autobus et de camions électriques rouler sur les routes du Québec au cours des prochaines années.

Mercredi, Québec a annoncé un appui de 8,6 millions de dollars à un consortium de cinq entreprises pour le développement de prototypes d’autobus et camions électriques entièrement conçus au Québec.

Les cinq partenaires choisis par Québec, Autobus Lion, TM4, AddÉnergie, Solution Adetel et Alcoa, plancheront au cours des trois prochaines années à développer quatre prototypes de véhicules lourds électriques.

Le consortium vise la création de deux autobus pour le transport de personnes et de deux camions pour le transport de marchandises.

Au total, les investissements de 17,2 millions pourraient déboucher sur la création de 1500 emplois directs et indirects, a indiqué la ministre de l’Économie, de la Science et de l’Innovation, Dominique Anglade.

«Sur 10 ans, le potentiel de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) est de 50 000 tonnes», a fait valoir Mme Anglade.

Les investissements annoncés par Québec proviennent du Fonds vert et font partie du Plan d’action en électrification des transports 2015-2020.

12 000 véhicules

Au cours des 10 prochaines années, le consortium croit que le marché des véhicules électriques lourds sera en forte progression.

Le gouvernement espère que les prototypes développés au Québec seront très populaires, avec des objectifs de ventes estimées entre 10 000 et 12 000 véhicules.

«Une cible réaliste», selon le président d’Autobus Lion, Marc Bédard, dont l’entreprise de Saint-Jérôme est la seule en Amérique du Nord à fabriquer des autobus scolaires 100 % électriques.

Nouvelle avenue de croissance

Chez AddÉnergie, qui fabrique des bornes de recharge électriques, on entrevoit le marché des autobus scolaires et des véhicules lourds comme une nouvelle avenue de croissance.

L’entreprise de Québec développera une borne ainsi qu’une application logicielle pour les prototypes qui doivent être développés.

«Ce projet renforce notre position de leader en matière de recharge électrique. Notre expertise nous permet de répondre à tous les types de besoins de recharge, de votre véhicule personnel à l’autobus qui transporte vos enfants à l’école», a indiqué le président d’AddÉnergie, Louis Tremblay.