/sports/others
Navigation

Une porte-parole toute naturelle

Nadia Comaneci sera encore de retour l’an prochain là où tout a commencé

Nadia Comaneci sera la porte-parole et Georges St-Pierre l’ambassadeur des Championnats du monde de gymnastique artistique qui se tiendront à Montréal du 2 au 8 octobre 2017.
Photo Sébastien St-Jean Nadia Comaneci sera la porte-parole et Georges St-Pierre l’ambassadeur des Championnats du monde de gymnastique artistique qui se tiendront à Montréal du 2 au 8 octobre 2017.

Coup d'oeil sur cet article

Quelque part dans les gradins du Stade olympique se trouvera une spectatrice fort attentive l’an prochain, lors des Championnats du monde de gymnastique artistique.

Un peu plus de 41 ans après sa consécration, Nadia Comaneci sera de retour à Montréal comme porte-parole de l’événement, qui mettra en scène environ 500 gymnastes parmi les plus talentueux de la planète.

Ce sera un autre retour dans la métropole pour la petite reine des Jeux de Montréal, qui les cumule dernièrement. En juillet, elle était de passage dans le cadre de la commémoration des Olympiques de 1976. Mercredi, elle multipliait les entrevues avec les médias après la conférence de presse du comité organisateur des Championnats du monde, y allant au passage de quelques mots en français.

Entre l’ancienne gymnaste roumaine et Montréal, le lien est naturel. Il était donc logique que l’organisation l’approche pour en faire sa porte-parole, et logique qu’elle accepte ce rôle.

«Il y a tellement une grande histoire d’amour entre Montréal et Nadia, et entre Nadia et Montréal, a noté Jean-Paul Caron, le directeur général de l’événement. Elle est là de bon cœur.»

«Je suis vraiment honorée de faire cela, car cela aide le sport. Le fait qu’ils tiennent ces championnats un peu partout dans le monde permet aux jeunes générations de voir les athlètes en personne», a relevé Comaneci.

Inspirer les jeunes

En plus d’être l’un des grands rassemblements sportifs de la planète, les Championnats du monde sont aussi l’occasion d’inspirer la relève d’ici et de faire croître l’intérêt pour la gymnastique.

«C’est différent quand les meilleurs du monde viennent dans votre ville, croit Comaneci. Vous allez voir ce que c’est, l’engouement que ça peut créer, a-t-elle prévenu. Le niveau de compétition sera très élevé. C’est un peu comme les Jeux olympiques.»

Simone Biles et compagnie

C’est la crème de la crème de la gymnastique qui est attendue à Montréal du 2 au 8 octobre. À moins d’un imprévu, l’Américaine Simone Biles et le Japonais Kohei Uchimura, les étoiles de Rio, devraient être à l’œuvre au Stade olympique. Celui-ci sera alors configuré pour accueillir environ 10 000 spectateurs.

Des gymnastes de 80 pays devraient être présents. Pour le public, ce sera aussi l’occasion de voir la prochaine génération, puisque les Championnats du monde marquent le début d’un autre cycle olympique en prévision de Tokyo 2020.

► Les Championnats du monde de gymnastique artistique n’en seront pas à une première présence à Montréal. Ils s’y étaient déroulés en 1985, cette fois dans l’ancien vélodrome olympique.

Disciplines à l’horaire

Hommes : Sol, cheval-arçons, anneaux, saut, barres parallèles,barre fixe

Femmes : Saut, barres asymétriques, poutre, sol

Sur le même sujet