/opinion/blogs
Navigation

Médias sociaux : réveille, tu es dépendant

Médias sociaux : réveille, tu es dépendant

Coup d'oeil sur cet article

Comme le ferait un gros fumeur, il allume son engin avant même de sortir du lit. Il se prend en photo, fait plusieurs faces, choisit la plus belle et la met sur Twitter avec, en dessous : « Quelqu'un peut m'aider à ouvrir les yeux svp? »

La question ne s’adresse à personne. Ce n’est pas une question; c’est une demande d’attention. C’est mignon, presque enfantin. Lui, c'est sa face qu'il montre, moi, mes opinions, d'autres, leurs enfants. On est là, on met ça là, et on attend notre shoot de dopamine.

(Pour ceux qui n’ont pas suivi les avancées de la science, notre cerveau produit de la dopamine quand on pitonne sur notre téléphone, parce qu’il s’attend à recevoir une récompense : likes, partages, messages, commentaires. Cette dopamine crée une forte dépendance.)

Certains se rendent plus loin que d’autres. Gab Roy dit aujourd’hui : « Quand des gens te suivent sur ton blogue, c'est quasiment sectaire. C'est toute une ivresse et j'ai été saoulé. »

La télé avait déjà enlevé aux familles et aux voisinages le temps de jouage aux cartes, de gossage sur les instruments de musique, de palabres du jour, de hockey sur la patinoire. Mais il restait encore, il n’y a pas si longtemps, plein d’interstices.

Puis, en cinq ans, d’un seul coup, les réseaux sociaux et le téléphone intelligent ont rempli toutes les craques – toutes. Ces moments dans l'autobus, dans la file au café, dans le couloir avant d’entrer en cours, à la pause, au feu rouge, dans le salon, aux toilettes, au lit, et même quand il se passe déjà quelque chose entre nous : nos écrans sont là. Et nous, nous ne sommes plus là.

Que peut-il rester de liens entre nous, dans ces conditions?

Les écrans ont tellement magané la qualité du temps passé ensemble que nous en sommes à oublier comment on se donne de la présence et de l’amour sans être mal à l’aise. À la place de ce qui a disparu, un grand trou affectif, un immense appel d'air que nous remplissons comme nous le pouvons en allant voir si quelques « j’aime » ont honoré notre dernière publication.

En fait, c’est notre culture qui crève. Parce que la culture, c’est précisément ça : ce territoire qui nous lie et dans lequel nous nous sentons à l’aise, avec ces "insides" qu’on a construits à force de passer du temps ensemble.

Elles sont où, les choses qui nous tenaient ensemble? Nos chants, nos danses, nos histoires, nos recettes, nos méthodes de pêche, d’artisanat, nos games de drapeau dans la rue? Elles sont où?

On se désole que les jeunes de tel peuple autochtone ne sachent plus comment faire une tente de sudation, un collet pour les renards, une concoction médicale ancestrale ou un art traditionnel.

Mais s’est-on regardés?

Si on obsède autant sur la sauvegarde du français, c’est peut-être parce qu’on ne voit plus rien d’autre à quoi s’accrocher. C’est la grosse planche de bois qui flotte encore après que le navire ait coulé.

Je m’étonne que Mathieu Bock-Côté et ses émules, qui craignent que notre culture se noie dans le multiculturalisme, n’aient pas allumé davantage sur ce problème. Il faut imaginer qu’MBC, à en voir son rythme effréné de prise de parole publique, a lui aussi une relation intime avec ses shoots de dopamine. Peut-être est-ce pour cela qu’il ne regarde que peu ces choses en face : parce qu’il lui faudrait réaliser que la culture commence dans la Rencontre réelle, et non virtuelle, avec celui qui se trouve à côté de lui – fut-il immigrant.

Je ne le blâme pas. C’est gênant, la rencontre. On est devenus poches là-dedans et on n’aime pas se livrer aux activités dans lesquelles on se sent poche. Je m’inclus.

Mais il faut faire l’effort.

Nous sommes toujours des humains et nous sommes toujours vivants. Nous pourrions rebâtir une culture à partir de ce que nous sommes. Il nous faudrait, pour ça, passer beaucoup de temps ensemble, du temps LIBRE, et rester attentif à ce qui émergerait.

Sauf qu’en ce moment même, vous et moi sommes penchés sur notre petite machine en train de vivre quelque chose qui n'est pas la vraie vie, mais qui nous rend accros et qui nous déconnecte les uns des autres. Nous sommes tous les piliers de bar de ce lieu-ci. Et comme nous y sommes tous en même temps, personne ne peut nous prendre par les épaules et nous dire : "Réveille, tu es dépendant, chaque seconde que tu passes là-dessus, tu ne la passes pas dans la vraie vie, avec des vraies personnes".

Ça nous tombe dessus collectivement, comme l'alcool dans un village autochtone des années 50. On n'a pas idée de ce que ça va nous faire.

Les effets négatifs des médias sociaux
Médias sociaux : réveille, tu es dépendant
California State University


p.s. Je tiens à préciser qu’MBC n’est pas insensible à ce problème : il retweetait dernièrement cette photo qui m’a jetée à terre :

Hillary et les selfies
Médias sociaux : réveille, tu es dépendant




Sources : Maryanne Wolf (Tufts University in Massachusetts); documents du Carolina State University; Kent C. Berridge and Terry E. Robinson (What is the role of dopamine in reward: hedonic impact, reward learning, or incentive salience? Brain Research Reviews, 28, 1998. 309–369).