/entertainment/tv
Navigation

Un jeu inspiré des Recettes pompettes

10 000 exemplaires seront offerts sur le marché dès mardi

Recettes pompettes SALVAIL
Photo Ben Pelosse

Coup d'oeil sur cet article

Après les tabliers, planches à découper et autres produits dérivés d’ordre culinaire, c’est au tour du jeu de société Les Recettes pompettes d’entrer sur le marché mardi.

«On a voulu trouver un moyen de transporter l’univers des Recettes pompettes dans le salon des gens», explique Éric Salvail.

C’est Nicolas Duvernois, mieux connu comme étant le fondateur de PUR Vodka, qui a eu l’idée, l’hiver dernier, de porter Les Recettes pompettes de l’écran au jeu de table. Quelques coups de fil plus tard, Éric Salvail et Christian Lemay, fondateur de la maison d’édition de jeux de société Le Scorpion masqué, étaient de la partie.

Dès mardi, donc, quelque 10 000 copies du jeu Les Recettes pompettes seront envoyées à différents magasins spécialisés à travers la province. Les fans de l’émission découvriront ainsi une série de cartes sur lesquelles sont inscrits des défis; si les concurrents refusent de s’exécuter, ils devront boire un shooter.

Quelques clins d’œil

Même si la portion culinaire est pratiquement absente du jeu (aucun plat ne doit être cuisiné au cours d’une partie), on y retrouve des clins d’œil à différents segments de l’émission à succès. Des cartes «Autour du four» appelleront aux confidences, tandis que celles notées «Appel pompette» inciteront les joueurs à envoyer des messages ou encore à loger des appels grâce au téléphone de leurs comparses.

Pour Éric Salvail, l’idée de faire entrer l’expérience des Recettes pompettes directement chez les gens allait de soi.

«Je dois me faire crier “Shooter!” au moins 20 fois par jour par des inconnus que je croise», lance l’animateur en riant.

Selon l’accueil réservé au jeu par le public québécois, le jeu des Recettes pompettes pourrait ensuite faire son entrée sur le marché français.

«C’est évident que ça s’exporte bien. Mais on attend de voir les réactions suscitées ici avant de prendre une décision», avance Éric Salvail.