/entertainment/shows
Navigation

Les deux jeunes hommes rencontrés par leur employeur

Les deux jeunes hommes rencontrés par leur employeur
Capture d'écran Radio-Canada

Coup d'oeil sur cet article

L’employeur des deux jeunes hommes qui ont lancé une phrase vulgaire à caractère sexuel lors d’une entrevue en direct à la télévision de Radio-Canada entend bien rencontrer les principaux intéressés, qu’il n’exclut pas de mettre à la porte.

Jonathan Martineau, électricien
Photo courtoisie
Jonathan Martineau, électricien

Au bout du fil, Christian Rancourt est découragé. Le président de Gonthier Électrique est le patron de Louis-David Rivard et Jonathan Martineau, qui ont hurlé un «F*** her right in the p***» alors que l’animatrice s’entretenait avec deux duchesses du Carnaval de Québec, jeudi. Ils se sont sauvés immédiatement après ce coup d’éclat. Ce phénomène, connu sous l’acronyme FHRITP, a été popularisé notamment aux États-Unis, l’an dernier, alors que des jeunes hommes s’amusaient à interrompre les journalistes en direct avec cette phrase dégradante. L’un d’eux avait même été congédié de son travail à la suite de cette déclaration. Il s’était plus tard excusé auprès de la reporter et avait pu réintégrer ses fonctions.

Louis-David Rivard, électricien
Photo courtoisie
Louis-David Rivard, électricien

Rencontre

Christian Rancourt n’écarte pas cette possibilité. Son associé et lui entendent rencontrer les deux électriciens au retour du long congé de l’Action de grâce.

«Je ne sais pas ce qui va se passer avec eux autres, mais nous, c’est sûr qu’on n’accepte pas ça. C’est pas chic, tout le monde en parle sur Facebook. C’est un geste stupide», plaide-t-il. M. Rancourt a visionné la vidéo hier midi. Il a pu par la suite s’entretenir brièvement avec le duo. «Je leur ai dit que ce n’était pas fort, que c’était un geste impardonnable. Ça ne se fait pas, ce n’est pas dans mes valeurs.»

Pas sur leurs heures de travail

L’homme d’affaires souhaite que son entreprise ne soit pas associée à ce comportement. Il précise que les deux jeunes n’étaient pas sur leurs heures de travail lors de leur apparition télévisée. Jonathan Martineau portait toutefois un chandail de son syndicat, la FIPOE, lors de son intervention. Le syndicat ne nous a pas rappelés. Le Journal a aussi tenté de joindre Louis-David Rivard et Jonathan Martineau, en vain.

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.