/news/education
Navigation

Grand succès du test de français sur internet

clavier ordinateur internet
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

C'est après avoir recensé plus de 15 000 fautes de français dans les travaux de ses étudiants que Pierre Paradis, un professeur universitaire de Rimouski à la retraite, a lancé un test en ligne, pour les aider à cerner leurs lacunes.

Le test de français lancé sur internet en janvier dernier connaît un succès inespéré. En 9 mois seulement, plus de 17 000 personnes se sont livrées à l'exercice.

Selon lui, les accords avec le verbe ou le nom et les fautes d'orthographe sont les fautes les plus récurrentes.

«Il devrait y avoir un bulletin juste pour le français. Si on veut améliorer la langue, on se centre sur le français et on suit les étudiants avec les instruments qu’on a aujourd’hui. Ce que les étudiants me disaient, c’est que rendu au cégep, ils n’apprennent plus à écrire. C’est considéré comme acquis», a expliqué Pierre Paradis.

Le professeur à l'Université Laval Egide Royer estime pour sa part que le problème commence bien avant les études collégiales.

«Certaines directions d’école relisent systématiquement les messages écrits envoyés par les enseignants aux parents, parce que certains enseignants ont vraiment de la difficulté à écrire sans fautes», a mentionné Egide Royer. À l'université, les futurs profs doivent réussir le test de certification en français écrit avant de faire leur troisième stage, qui survient généralement à la troisième année de leur baccalauréat de quatre ans.

Toutefois, l'examen qui présente un haut taux d'échec devrait être plus sévère selon M. Royer, qui propose même un ordre professionnel des enseignants afin d’assurer un enseignement de qualité.

L'Association des doyens des études supérieures au Québec a récemment demandé d’abolir le nombre de reprises illimitées pour ce test, en plus de faire passer la note de passage de 70 à 75 %. Une proposition qui est toujours en évaluation, selon le cabinet de la ministre responsable de l'Enseignement supérieur, Hélène David.