/sports/others
Navigation

«Comme un coup de poing»

La troisième traversée de Normand Piché a été pénible sur le plan humain

Normand Piche
Photo Courtoisie, Annie-Claude Roberge

Coup d'oeil sur cet article

Le Montréalais Normand Piché a dû chambouler ses plans, mais il a complété la troisième de ses cinq traversées entre les continents dans un contexte plus éprouvant psychologiquement que physiquement.

Au départ, l’aventurier et conférencier souhaitait d’abord relier l’Afrique à l’Asie avant de mettre le cap sur la Grèce, pour nager vers la Turquie. Incapable d’obtenir l’une des autorisations à temps, il a remis l’étape entre la Jordanie et l’Égypte à la toute fin de son épopée, fin octobre.

Arrivé sur l’île grecque de Kos, Piché s’est retrouvé au plein cœur de la crise des migrants. Porte d’entrée sur l’Europe de plusieurs réfugiés syriens, Kos a vu des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants en quête d’une vie meilleure poser le pied sur ses plages au cours des ­dernières années.

Mais cette portion de la mer Égée a aussi été le tombeau de centaines de personnes, qui se sont noyées alors qu’elles ­tentaient d’atteindre l’Europe.

Dédiée aux migrants

Le projet du nageur québécois a pris une autre dimension dans ces circonstances tragiques.

«J’ai dédié cette traversée aux migrants. Émotivement, j’ai été très partagé entre le rêve que je réalise depuis que je suis parti de Montréal et celui de ces gens qui ont tout misé, même leur vie, dans le but d’avoir une meilleure vie», relate Piché.

Sur son site internet, l’homme de 45 ans énumère les différents défis que représente chacune de ses traversées entre les continents. Celle reliant l’Europe à l’Asie devait être marquée par de forts courants, du trafic maritime, voire des requins. Il a bien croisé des vagues plus imposantes, mais c’est son cœur plus que son corps qui a souffert durant cette sortie d’une quinzaine de kilomètres.

«Ce que j’ai vu là-bas, la différence entre les migrants et les touristes dans les stations balnéaires, ça m’a donné un feeling différent. Comme un coup de poing sur la gueule», image-t-il.

Une fois de retour sur la terre ferme, Piché a posé entouré de migrants et de Grecs venus le soutenir, ainsi que de plusieurs drapeaux, dont celui des Nations unies. Un geste hautement symbolique pour le Montréalais qui souhaite «nager vers un monde meilleur et uni, un coup de bras à la fois».

Grand défi

Avec cette expérience dans son bagage, Piché partira pour l’Espagne demain, entouré de son équipe de cinq personnes. Le but est de relier dans les prochains jours l’Europe et l’Afrique, par le Maroc.

Là encore, de grands défis s’annoncent. Depuis le début de son épopée, Piché constate que le plus dur n’est pas de nager des heures dans des conditions fort variables, mais bien d’obtenir les autorisations requises dans des contextes politiques souvent tendus. Des autorisations qui ­mettent parfois trop de temps à venir, comme dans le cas de celle des autorités égyptiennes.

«Je m’aperçois que physiquement, je m’étais très, très bien préparé, pointe Piché. Ça m’inquiétait un peu, parce que depuis que j’ai amorcé l’aventure, j’ai moins de temps pour m’entraîner.

«Le plus grand défi, c’est que je constate que nous ne vivons pas tous au même rythme, enchaîne le nageur. J’apprends que nous avons du contrôle sur nous, et sur pas grand-chose d’autre. J’apprends beaucoup sur nos ­différences.»

♦ Comme Normand Piché a dû ­repousser sa traversée entre l’Afrique et l’Asie, il a remis au printemps prochain son projet d’aller porter les rêves des internautes au bureau des Nations unies, en Suisse. Le nageur se console en se disant que «son sac à rêves sera encore plus rempli» et invite les internautes à lui envoyer le leur sur son site, https://www.o5swim.ca.

Normand Piche
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean

Étape 1 (COMPLÉTÉE)

  • Continents: Amérique-Asie
  • Pays: États-Unis-Russie
  • Cours d’eau: Détroit de Béring
  • Distance: Environ 5 km
  • Durée: 1,5 heure
  • Température de l’eau: 4 degrés
  • Principaux défis: Froid, orques, tensions politiques
Étape 2 (COMPLÉTÉE)
  • Continents: Asie-Océanie
  • Pays: Papouasie-Indonésie
  • Cours d’eau: Océan Pacifique
  • Distance: Environ 25 km
  • Durée: 8 heures
  • Température de l’eau: 25 degrés
  • Principaux défis: Courants, requins, méduses

Étape 3 (REPORTÉE)

  • Continents: Afrique-Asie
  • Pays: Égypte-Jordanie
  • Cours d’eau: Mer Rouge
  • Distance: Environ 25 km
  • Durée: 8 heures
  • Température de l’eau: 25 degrés
  • Principaux défis: Tensions politiques, prédateurs marins

Étape 4 (COMPLÉTÉE)

  • Continents: Asie-Europe
  • Pays: Grèce-Turquie
  • Cours d’eau: Mer Égée
  • Distance: Environ 20 km
  • Durée: 6 heures
  • Température de l’eau: 20 degrés
  • Principaux défis: Courants, requins, trafic

Étape 5

  • Continents: Europe-Afrique
  • Pays: Espagne-Maroc
  • Cours d’eau: Détroit de Gibraltar
  • Distance: Environ 20 km
  • Durée: 6 heures
  • Température de l’eau: 20 degrés
  • Principaux défis: Courants, pollution, trafic