/24m/outings
Navigation

Semaine des maisons de jeunes: une «école de la vie»

Myriam Rivière et Mélina Forbes, intervenantes au sein de la Maison des Jeunes du Plateau, sont entourées de nombreux jeunes habitués de l'endroit.
Photo 24 Heures, Camille Dufétel Myriam Rivière et Mélina Forbes, intervenantes au sein de la Maison des Jeunes du Plateau, sont entourées de nombreux jeunes habitués de l'endroit.

Coup d'oeil sur cet article

À l'ère des nouvelles technologies, les maisons de jeunes jouent un rôle plus que jamais considérable en permettant à ces derniers de socialiser davantage et de devenir «actifs, critiques et responsables», soulignent des intervenants.

«J'aurais été beaucoup plus gêné et j'aurais peut-être plus joué aux jeux vidéos si je n'avais pas connu cet endroit», lance Anthony Lemay, 20 ans, rencontré à la Maison des Jeunes du Plateau, qui organise ses portes ouvertes ce mercredi dans le cadre de la Semaine des maisons de jeunes. Ce dernier côtoie ce lieu depuis près de neuf ans et dit y avoir trouvé une deuxième famille en plus d'y avoir découvert le milieu de l'improvisation. «C'est plus qu'un endroit où tu viens voir des animateurs, on est tous unis, je me sens bien ici.»

Lieu d'échanges

Chloé Bourdeau, 18 ans, dit y échanger de belles discussions et profiter d'activités diverses telles que la cuisine, le Laser Quest ou des sorties au cinéma tandis que Jonathan Lapointe, 14 ans, profite d'une belle ambiance, de la salle de musique et du fait de pouvoir relaxer.

«On vit dans un monde hyper matérialiste et individualiste, tout le monde a le nez collé sur son téléphone, les jeunes peuvent rester devant l'ordinateur chez eux le soir jusqu'à s'endormir, croit Myriam Rivière, intervenante et co-directrice à la Maison des Jeunes du Plateau. C'est bien de pouvoir venir après l'école ici pour socialiser, apprendre à se faire à manger et avoir des discussions profondes sur plein de sujets». Selon elle, «quand tu questionnes les jeunes, tu vois que c'est rare que les familles s'assoient, soupent et discutent ensemble.»

Habiletés sociales

Pour Mélina Forbes, intervenante au sein de la même maison accueillant les 12-17 ans et parfois plus, il s'agit presque d'une «école de la vie». «Tu apprends tellement de choses que tu n'apprendras pas sur les bancs d'école, des bases socio-affectives, c'est de l'éducation populaire», indique-t-elle.

M. Nicholas Legault, directeur du Regroupement des maisons de jeunes du Québec, estime effectivement que ces lieux permettent de développer les habiletés sociales des jeunes, plutôt habitués à échanger sur les réseaux sociaux, et qui ne sont «pas seulement des jeunes en difficulté».

Afin de mieux saisir la mission de ces maisons, parents et jeunes sont invités à profiter des nombreuses activités qui s'y poursuivent jusqu'à dimanche. L'humoriste et ancien intervenant Étienne Dano est le porte-parole de cette Semaine qui se déroule dans près de 200 municipalités du Québec et dont on retrouve les détails sur rmjq.org.