/weekend
Navigation

40 ans aux commandes

40 ans aux commandes
Photo Ben Pelosse

Coup d'oeil sur cet article

Pierre Bruneau fête ses 40 ans à TVA cet automne. Mais après l’avoir suivi durant toute une journée à travers les différents studios, corridors, locaux et étages du 1600 boulevard de Maisonneuve à Montréal, on croirait avoir accompagné un jeune stagiaire ambitieux au travail.

Car bien qu’il présente les nouvelles depuis quatre décennies, le chef d’antenne de 64 ans manifeste un enthousiasme communicatif propre aux finissants des écoles de journalisme. Interviewé au ­terme du TVA Nouvelles de 18 h, son ­bulletin d’information qui rallie près de 800 000 téléspectateurs chaque soir en ­semaine, Pierre Bruneau donne l’impression de vouloir garder cette cadence ­durant 40 autres années. «Je pense qu’on fait une job solide, déclare le présentateur. Je suis fier d’exercer mon métier. Et j’aime mon travail.»

En 1976

Pierre Bruneau a commencé sa carrière comme animateur radio en région. Trois ans après avoir joint les rangs de CKAC à Montréal en 1973, ce ressortissant de l’Université du Québec à Trois-Rivières est devenu chef d’antenne de TVA. ­Aujourd’hui, il pilote trois bulletins de nouvelles au même réseau, sans compter le TVA Nouvelles de 16 h 30 à LCN.

Chouchou incontesté du public, Pierre Bruneau fait partie du quotidien de ­nombreux Québécois. Il collectionne d’ailleurs les témoignages d’appréciation des téléspectateurs.

«Récemment, une femme m’a dit qu’elle soupait toujours avec moi, raconte le ­lauréat de 18 trophées Artis. Elle m’a dit: “Quand vous n’êtes pas en ondes, c’est comme s’il manquait quelqu’un à ma table.” Ça m’a beaucoup touché ­d’entendre ça.»

Tenir le fort

À titre de chef d’antenne de TVA, Pierre Bruneau a couvert la plupart des évènements marquants des 40 dernières années. En entrevue, il cite notamment la tentative d’assassinat de Ronald Reagan de 1981, la crise d’Oka de 1990, le déluge du Saguenay de 1996 et – bien entendu – les attentats du World Trade Center de septembre 2001. C’est toutefois la tuerie de Polytechnique de 1989 qui semble l’avoir ébranlé le plus.

«Au Québec, on n’avait jamais vécu un attentat meurtrier comme ça avant, souligne Pierre Bruneau. J’avais 37 ans à l’époque. J’avais trouvé cela très difficile. J’avais perdu mon fils Charles l’année précédente. Je n’arrêtais pas d’imaginer comment les parents des victimes ­devaient se sentir...»

Charles Bruneau est effectivement ­décédé en 1988 après une longue bataille contre la leucémie. Sa présence se fait toutefois encore sentir, puisque malgré un horaire plus que chargé, Pierre ­Bruneau consacre plusieurs heures par semaine au projet qu’il a créé en 1990 en compagnie de parents et d’amis d’enfants atteints de cancer: la Fondation Charles-Bruneau, qui vise à financer la recherche et soutenir le développement d’initiatives dédiées à l’oncologie ­pédiatrique.

La retraite? Pourquoi?

Le mot «retraite» ne fait pas encore partie du vocabulaire de Pierre Bruneau. Il sait qu’il accrochera éventuellement son micro pour «passer à autre chose», mais pour l’instant, ce n’est pas quelque chose qu’il souhaite envisager.

«J’ai encore la passion, déclare le ­récipiendaire de l’Ordre du Canada. Pourquoi irais-je m’asseoir chez moi pour ­regarder quelqu’un d’autre faire la job que j’aime?»

«C’est sûr qu’on a tous une date de ­péremption... Mais je ne sais pas encore quelle est la mienne», conclut-il.

40 ans aux commandes
Photo courtoisie

«Pierre Bruneau, c’est un chef d’antenne de classe mondiale, un leader. C’est monsieur information. Son amour du métier est indéniable. Son éthique de travail est irréprochable. Durant la crise du verglas, il était en ondes 17 heures par jour, toujours calme, toujours professionnel. Il considère que c’est sa responsabilité de rapporter la nouvelle aux Québécois. La télévision a beaucoup changé au fil des années, mais Pierre demeure toujours aussi pertinent.»

- Serge Fortin, vice-président, TVA Nouvelles

40 ans aux commandes
Photo courtoisie

«Le 11 septembre 2001, il est resté en ondes toute la journée. Il aurait continué toute la nuit si personne n’était allé lui dire d’aller se coucher. Il a tenu tout le monde. Quand Jean Lapierre est décédé, il est resté très serein devant la caméra. Et pourtant, c’était son collègue. Ils étaient proches. Malgré tout, il a été capable de faire preuve de détachement pour livrer la nouvelle aux gens. Ça, c’est Pierre Bruneau pour moi.»

- Colette Provencher, présentatrice météo de TVA

 

Une journée avec Pierre Bruneau

 

Qu’est-ce qu’une bonne journée au boulot pour Pierre Bruneau? «Quand j’ai l’impression d’avoir appris quelque chose aux téléspectateurs. Quand j’ai l’impression d’avoir fait réfléchir les gens», répond l’homme de confiance de TVA. Le Journal a passé toute une journée avec Pierre Bruneau, histoire d’avoir une petite idée du travail quotidien de celui qu’on décrit comme «le doyen des chefs d’antenne au Canada». Prenez une grande respiration et faites vos étirements, c’est parti!

9 : 45

40 ans aux commandes
Photo Ben Pelosse

Pierre Bruneau arrive à TVA à pied.

Pendant plusieurs années, il venait même au travail à bicyclette, mais depuis qu’il habite à quelques pas de TVA, il préfère marcher. «Les gens n’ont pas idée des bienfaits du sport. Pour la gestion du stress, entre autres», déclare l’homme de 63 ans.

10 : 00

40 ans aux commandes
Photo Ben Pelosse

Métier oblige, Pierre Bruneau commence chaque journée en passant au maquillage. Un arrêt d’une dizaine de minutes qui comprend également un petit tour côté coiffure.

10 : 15

40 ans aux commandes
Photo Ben Pelosse

Pierre Bruneau ne prend jamais l’ascenseur à TVA. Il préfère les escaliers. Il a adopté cette habitude en 2007 alors qu’il s’entraînait pour gravir le Kilimandjaro. Chaque jour, il monte un total de 26 étages, soit 520 marches, selon son podomètre.

10 : 20

40 ans aux commandes
Photo Ben Pelosse

Dans son bureau au 8e étage du 1600, boulevard de Maisonneuve, Pierre Bruneau jette un coup d’œil au programme du TVA Midi tout en épluchant ses courriels, parmi lesquels se trouvent des invitations à divers événements et plusieurs messages de téléspectateurs. Le chef d’antenne dit accorder beaucoup d’importance aux commentaires des gens.

«C’est pour eux qu’on travaille», explique celui qui garde un souvenir précis du temps où Télé-Métropole recevait des lettres manuscrites du public.

11 : 00

40 ans aux commandes
Photo Ben Pelosse

Après avoir choisi sa cravate du jour, Pierre Bruneau rejoint la frénésie d’une salle de nouvelles en pleine effervescence au 10e étage. Pierre Bruneau s’installe à son poste. Son téléviseur ouvert à LCN (il regarde

aussi CNN et parfois même RDI), il effectue un balayage rapide du fil de presse et consulte chacune des nouvelles qui seront au programme du bulletin de midi.

11 : 30

40 ans aux commandes
Photo Ben Pelosse

Pierre Bruneau arpente chaque jour une salle des nouvelles fort différente de celle qu’il parcourait en 1976. Dans une société en constant changement, le chef d’antenne représente la stabilité, ce qui ne veut pas dire qu’il n’a pas fait d’efforts pour s’adapter aux nombreux bouleversements qui ont transformé le milieu du journalisme. «Les choses ont tellement évolué, résume l’homme de confiance de TVA. Les façons de faire sont complètement différentes. Pour survivre, tu dois être prêt à t’ajuster.»

11 : 50

40 ans aux commandes
Photo Ben Pelosse

Pierre Bruneau descend (toujours en empruntant les escaliers) au 9e étage, où sont aménagés le studio de Salut, bonjour! et celui du TVA Nouvelles. Avant d’entrer en ondes, l’animateur n’observe aucun rituel particulier autre que celui de répéter les manchettes du jour en suivant le télésouffleur.

12 : 00

40 ans aux commandes
Photo Ben Pelosse

Malgré trois changements de line-up de dernière minute (littéralement), le TVA Nouvelles de midi se déroule sans heurt. Durant les pauses, les choses demeurent étonnamment calmes et silencieuses en studio.

13 : 15

40 ans aux commandes
Photo Ben Pelosse

Pierre Bruneau organise parfois des rencontres pour la Fondation Centre de cancérologie Charles-Bruneau à l’heure du lunch. Mais aujourd’hui, il remontera au 10e étage avec son lunch.

14 : 00

40 ans aux commandes
Photo Ben Pelosse

Entouré d’une petite équipe de sept personnes, Pierre Bruneau discute du programme des bulletins à venir, soit ceux de 16 h 30, 17 h et 18 h. Au menu aujourd’hui: réfugiés syriens, hockey et Céline Dion, entre autres choses. Au fond de la salle de réunion, on aperçoit les cotes d’écoute du TVA Nouvelles de 18 h, inscrites sur un tableau. Depuis le retour des vacances estivales, le 15 août dernier, le bulletin diffusé simultanément à TVA et LCN récolte une part de marché de 36 %, selon les données confirmées de Numéris.

15 : 15

40 ans aux commandes
Photo Ben Pelosse

De retour en studio, Pierre Bruneau enregistre des manchettes que LCN utilisera – au cours des heures qui suivent – comme bandes-annonces aux bulletins de nouvelles de fin de journée. De l’autre côté, en régie, on s’active.

18 : 30

40 ans aux commandes
Photo Ben Pelosse

Pierre Bruneau termine sa troisième et dernière heure en ondes. Un peu plus tôt, le chef d’antenne nous expliquait que chaque jour, il doit relever le même défi: celui d’être au sommet en fin de journée, quand ça compte le plus, c’est-à-dire quand les caméras tournent.

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.