/news/society
Navigation

Dès son arrivée en poste, le maire pensait être sur écoute

La tension était palpable à l’hôtel de ville, a raconté un témoin en cour vendredi

GEN-PERQUISITION-GINGRAS
Photo d’archives Le maire Jean-Claude Gingras ne s’est pas présenté vendredi à son procès civil. Il se serait rendu à l’hôpital en matinée pour des problèmes de pression artérielle.

Coup d'oeil sur cet article

À peine quelques jours après son arrivée en poste à la mairie de L’Assomption, Jean-Claude Gingras croyait être sur écoute et faisait inspecter son bureau à la recherche de micros.

C’est ce dont a témoigné Dominique Valiquette, alors directeur général par intérim de la Ville, au troisième jour du procès en destitution intenté par la Procureure générale du Québec et la Ville de L’Assomption à l’intention du maire.

L’arrivée en poste de M. Gingras en 2013 a été tendue, a raconté M. Valiquette au palais de justice de Joliette vendredi.

« Contre nous »

«Il travaillait contre nous et non pas avec nous. Il prenait le parti du citoyen sans tenir compte du fait qu’on avait des règlements à faire respecter», a témoigné M. Valiquette.

Entre autres, le témoin a indiqué que Jean-Claude Gingras tentait de faire pression pour régler le dossier de son chenil, qui ne respectait pas les règlements municipaux, se plaçant ainsi en conflit d’intérêts.

Jean-Claude Gingras a mandaté un avocat qui le représentait personnellement pour faire enquête afin de trouver des éléments à reprocher au directeur général de la Ville, a-t-il expliqué. Ce dernier avait été congédié le jour même de l’arrivée en poste de M. Gingras.

Dominique Valiquette a aussi raconté les événements qui ont suivi l’arrestation du maire pour conduite en état d’ébriété, en janvier 2014.

C’est lors d’une rencontre des conseillers municipaux, convoquée d’urgence, que M. Valiquette aurait décidé de s’ouvrir à eux au sujet du climat malsain qui s’installait dans les bureaux de l’hôtel de ville et des conflits d’intérêts du maire. Voyant leur peu de réactions, M. Valiquette aurait par la suite pris la décision de communiquer avec l’UPAC.

Jean-Claude Gingras était de nouveau absent à son procès civil vendredi. Il se serait rendu à l’hôpital en matinée en raison de problèmes de pression.