/news/currentevents
Navigation

Le «plus fidèle lieutenant» du parrain Vito Rizzuto abattu

Le mafieux Vincenzo Spagnolo a été assassiné dans le quartier Vimont, à Laval, le samedi 15 octobre 2016. Sur la photo, on aperçoit M. Spagnolo, le 3 juin 2016, lors des funérailles de Rocco Sollecito, à Montréal.
Photo d'archives, Maxime Deland Le mafieux Vincenzo Spagnolo a été assassiné dans le quartier Vimont, à Laval, le samedi 15 octobre 2016. Sur la photo, on aperçoit M. Spagnolo, le 3 juin 2016, lors des funérailles de Rocco Sollecito, à Montréal.

Coup d'oeil sur cet article

L’homme réputé pour avoir été le «plus fidèle lieutenant» de Vito Rizzuto, défunt parrain de la mafia montréalaise, a été abattu par balle, en fin de journée, samedi à Laval.

Vincenzo Spagnolo a été tué à sa résidence de la rue Antoine-Forestier, dans le quartier Vimont, vers 17 h 30.

«La mort de M. Spagnolo marque un autre tournant important dans la chute du clan Rizzuto. Il était le plus fidèle lieutenant de Vito Rizzuto», a commenté Pierre De Champlain, auteur et chercheur spécialiste du crime organisé.

La victime, âgée de 65 ans, était en effet jadis très proche de l’ancien parrain.

M. Rizzuto le considérait comme son confident et son bras droit lorsqu’il est revenu de son emprisonnement dans le Colorado, en 2012, illustre M. De Champlain.

«C’était un des rares à figurer sur la liste des personnes autorisées à parler à M. Rizzuto pendant son incarcération. Il a toujours été en contact avec lui», souligne-t-il.

Pour l’expert du milieu interlope, l’assassinat de Vincenzo Spagnolo est le règlement de compte le plus important à survenir depuis celui de Rocco Sollecito, le 27 mai dernier.

M. Sollecito, qui occupait le poste de chef intérimaire de la mafia montréalaise, avait été criblé de balles à Laval alors qu’il effectuait un arrêt obligatoire au volant de son luxueux VUS.

M. Spagnolo avait d’ailleurs été aperçu aux funérailles de M. Sollecito.

Capable de répliquer ?

«Après ces coups durs, il est difficile à dire si le clan Rizzuto est encore assez fort et a assez d’effectifs pour répliquer», lance M. De Champlain.

La mort de M. Spagnolo vient selon lui complètement affaiblir le clan Rizzuto, alors que plusieurs de ses leaders ont connu des fins sanglantes dans les dernières années.

«Il ne reste plus beaucoup de visages connus. Un des seuls survivants c’est le fils cadet de Vito, Leonardo Rizzuto, qui est en prison. Et il doit actuellement être soulagé d’être dans sa cellule», ajoute M. De Champlain, qui estime qu’on approche de la fin de la dynastie des Rizzuto.

Sans confirmer l’identité de la victime, la sergente Audrey-Anne Bilodeau, porte-parole de la SQ, a convenu qu’il pourrait être question d’«un règlement de compte lié au crime organisé».

Une enquête est en cours pour connaître les circonstances exactes du meurtre. C’est le service des enquêtes sur les crimes contre la personne de la SQ qui se charge du dossier.

De père en fils

Le nom de Vincenzo Spagnolo avait été cité dans des documents du projet Colisée, qui ont été présentés dans le cadre de la Commission d’enquête sur l’octroi de contrat dans la construction.

Dans ces documents, on affirme notamment qu’il était présent à la cérémonie de mariage de Giulia Arcadi, fille de l’ex-chef intérimaire de la mafia, Francesco Arcadi.

Le fils de Vincenzo Spagnolo, Nicola, siégerait d’ailleurs au sein de la nouvelle table mafieuse qui gère les activités de l’organisation, où il serait chargé du secteur de la construction.

– Avec la collaboration de l’Agence QMI et de Félix Séguin, de notre Bureau d’enquête.