/lifestyle/techno
Navigation

La sonde Schiaparelli entame sa descente vers Mars

Coup d'oeil sur cet article

L’atterrisseur européen Schiaparelli a entamé dimanche une descente de trois jours vers Mars et la sonde scientifique TGO qui l’a transporté est en bonne santé après avoir donné brièvement quelques inquiétudes aux ingénieurs.

«Pendant une petite heure», les ingénieurs ne recevaient plus les télémesures qui permettent de connaître l’état de santé de la sonde, a expliqué Michel Denis, directeur des opérations de vol.

La sonde européano-russe TGO (Trace Gas Orbiter) doit changer de trajectoire dans la nuit pour s’écarter de Mars, faute de quoi elle entrerait en collision avec la planète. Elle s’insérera demain en orbite autour de la planète rouge.

Le grand saut de Schiaparelli est la première étape d’ExoMars, une ambitieuse mission scientifique en deux volets qui vise à rechercher des indices d’une vie actuelle ou passée sur Mars.

La descente durera trois jours. Mais seulement six minutes entre le moment où Schiaparelli entrera dans l’atmosphère martienne et son impact au sol.

21 000 km/heure

Mercredi, à 14 h 42 GMT, Schiaparelli sera à 120 km de la surface et pénétrera dans l’atmosphère, à une vitesse de 21 000 km/heure.

Un bouclier thermique le protégera de l’important échauffement né du contact avec l’atmosphère et le ralentira. À 11 km de la surface, un parachute s’ouvrira. Puis neuf rétrofusées seront allumées à environ 1 km de la surface pour diminuer encore l’allure et les moteurs seront ensuite coupés à 1 ou 2 mètres du sol. L’impact final sera amorti par la structure écrasable du module.

Le module est équipé d’une petite station météo qui mesurera la pression, la température, la vitesse du vent, mais aussi les champs électriques à la surface de Mars.