/24m/job-training
Navigation

Une «situation inadmissible» dénoncée

Michel Léger, président du syndicat PSSU, Daniel Gilbert, vice-président de la FIQ, Régine Laurent, présidente de la FIQ, et Sandra Dahl, infirmière chef d'équipe au centre.
Photo Camille Dufétel Michel Léger, président du syndicat PSSU, Daniel Gilbert, vice-président de la FIQ, Régine Laurent, présidente de la FIQ, et Sandra Dahl, infirmière chef d'équipe au centre.

Coup d'oeil sur cet article

Détérioration des installations, surcharge de travail et climat d’intimidation sont actuellement vivement dénoncés par des professionnelles en soins d’un centre d’hébergement de l’ouest de l’île.

Au centre d’hébergement pour personnes âgées Denis-Benjamin-Viger, à L’Île-Bizard, le personnel ne disposerait en moyenne que de six minutes par patient pour aider les patients à se nourrir et certains d’entre eux, âgés en moyenne de 80 ans et plus, maigriraient faute de bien manger, selon ce qu’a dénoncé aujourd'hui en point de presse la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), à la veille d’une manifestation prévue devant l’établissement.

Michel Léger, président du syndicat PSSU, Daniel Gilbert, vice-président de la FIQ, Régine Laurent, présidente de la FIQ, et Sandra Dahl, infirmière chef d'équipe au centre.
Photos courtoisie, FIQ

La Fédération déplore la surcharge de travail du personnel et dénonce un milieu de vie et de travail «dégradant et dangereux», évoquant des plafonds qui menacent de tomber et des planchers brisés. Selon la présidente de la FIQ, Régine Laurent, des professionnelles en soins et des familles ayant dénoncé la situation auraient reçu des menaces de la part des gestionnaires de l’établissement.

La FIQ dit avoir effectué des démarches à l’interne depuis février à ce sujet et avoir averti le ministère de la Santé du Québec. Elle demande au CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal de revoir l’organisation du travail et de surseoir aux coupes de personnel. 
 

Michel Léger, président du syndicat PSSU, Daniel Gilbert, vice-président de la FIQ, Régine Laurent, présidente de la FIQ, et Sandra Dahl, infirmière chef d'équipe au centre.
Photos courtoisie, FIQ

Des faits rectifiés

Contacté par le 24 Heures, Patrick Murphy-Lavallée, directeur du programme de soutien à l’autonomie des personnes âgées pour le CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal, s’est dit très surpris par les allégations de la FIQ. «Le bien-être de nos résidents, de leur famille et de notre personnel nous tient à cœur, c’est une priorité pour nous», a-t-il précisé.

Il a ajouté qu’un plan d’action était en cours depuis près d’un an, qu’il était évalué régulièrement et que les actions étaient ajustées en conséquence. «On ne comprend pas pourquoi ils disent ça, il y a des rencontres fréquentes avec le syndicat, avec le personnel pour les différents quarts de travail. On voit les améliorations et c’est aussi le cas des résidents et des membres de leur famille.»

Concernant les problèmes d’ordre matériel, M. Patrick Murphy-Lavallée affirme que des travaux de rénovation ont été effectués dans la dernière année, que d’autres sont en cours et que des travaux majeurs sont prévus d’ici décembre prochain. «Pour l’alimentation, les six minutes par résident, on ne sait pas d’où ça sort, c’est absolument faux.» Selon lui, sur les 125 résidents, deux ont subi une perte de poids, mais associée à des problèmes médicaux. Selon le CIUSSS, la structure du personnel infirmier dans ce centre correspond aux recommandations de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec et aux meilleures pratiques reconnues dans le réseau.