/news/politics
Navigation

Lisée contre des baisses d'impôts à court terme

Le nouveau chef péquiste préconise d’abord la protection des services à la population

Periode des questions
Photo Simon Clark Le nouveau chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, a serré la main au premier ministre du Québec, Philippe Couillard, mardi, alors qu’ils s’affrontaient pour la première fois à l’Assemblée nationale.

Coup d'oeil sur cet article

Le nouveau chef péquiste Jean-François Lisée est contre l'idée d'offrir des baisses d'impôts aux Québécois, à tout le moins à court terme.

Le nouveau leader souverainiste croit que le temps est plutôt venu de donner aux citoyens de meilleurs services. «En ce moment, on a l'impression qu'on n'en a pas pour notre argent», a-t-il soutenu mardi, à l'entrée de la réunion quotidienne des députés péquistes.

«Je pense que dans l'état actuel de la dégradation des services, la priorité, c'est de bien s'occuper de nos enfants, de nos aînés, et non, je ne vois pas de baisses d'impôts à court terme, je vois une amélioration des services», a insisté le chef du Parti québécois.

Jean-François Lisée compte même s'opposer à d'éventuelles baisses d'impôts que pourrait proposer le gouvernement Couillard. «Tant que la Protectrice du citoyen va nous dire qu'il y a des dames en chaise roulante qui couchent la nuit dans leur chaise roulante parce que les compressions font mal, il n'est pas question de faire d'autres compressions pour donner des bonbons préélectoraux», a-t-il renchéri.

Jean-François Lisée assure du même souffle que le fardeau fiscal des Québécois est suffisamment élevé et qu'il n'a pas l'intention de l'augmenter s'il devient premier ministre.

«On peut être progressiste sans être dépensier!», renchérit-il aux attaques de François Legault, qui l'accuse de glisser à gauche pour faire la cour aux électeurs de Québec solidaire. Aux yeux du chef caquiste, l'élection d'un gouvernement Lisée signifie «plus de taxes» pour les contribuables.

M. Legault suggère pour sa part d'utiliser une partie des surplus versés au Fonds des générations pour réduire les impôts des Québécois.

Affrontement Couillard-Lisée

Philippe Couillard, qui se mesurait à son nouvel adversaire péquiste pour la première fois à l'Assemblée nationale, estime qu'il faut plutôt un «sage équilibre entre allégement fiscal» et investissements en santé et en éducation.

Les attentes étaient grandes pour ce premier affrontement en Chambre entre le premier ministre et son vis-à-vis péquiste Jean-François Lisée, qui se sont déjà colletaillés publiquement dans les derniers jours.

Mais l'échange, qui a porté sur l'économie des régions et les effets de l'austérité libérale, fut beaucoup moins mordant qu'on s'y attendait. Le chef péquiste a même manqué de temps pour terminer sa première question.