/24m/city
Navigation

Des propriétaires de bâtiments commerciaux s'en prennent à Coderre

Des affiches ont été placardées mercredi sur les devantures de plusieurs commerces montréalais vacants.
Photo 24 heures, Camille Dufétel Des affiches ont été placardées mercredi sur les devantures de plusieurs commerces montréalais vacants.

Coup d'oeil sur cet article

Des propriétaires de bâtiments commerciaux somment le maire de Montréal, Denis Coderre, de diminuer et même d'abolir dans certains cas les taxes, soutenant qu’elles sont abusives et qu’elles nuisent à la survie des commerces.

«Les commerces ferment et ce n’est pas bon pour la ville, c’est effrayant, il y a un gros problème», croit Peter Sergakis, président de l'Union des tenanciers de bars. Mercredi, l’Association des propriétaires de bâtiments commerciaux du Québec, dont il est également le président, et la Ligue des propriétaires de Montréal, représentée par Pierre Aubry, se sont dits plus que déterminées à faire entendre leur voix au maire à propos des taxes commerciales avant le dépôt du budget 2017.

Une étude de l’Association des biens immobiliers du Canada parue cet été indique que Montréal est la ville canadienne où les taxes commerciales sont les plus élevées. «Ce n’est pas la seule problématique mais c’est la plus importante selon moi, ça fait fermer les petits commerces à Montréal, estime M. Sergakis. Il faut donner un espoir aux commerçants en baissant les taxes pour qu’ils soient capables de survivre.»

Dégrèvement pour les espaces vacants

L’Association estime que le taux de ces taxes ne change pas face à un marché immobilier qui ne cesse de renchérir, obligeant les propriétaires à «augmenter les loyers de façon substantielle», ce qui causerait la fermeture de commerces. Elle dit souhaiter également un dégrèvement total sur les espaces vacants.

Hier, les taxes foncières imposées aux propriétaires d'immeubles non résidentiels ont été pointées du doigt à travers plusieurs affiches placardées sur des commerces vacants de la ville.