/news/politics
Navigation

Les langues se délient à propos de Sklavounos, dit Nathalie Roy

Les langues se délient à propos de Sklavounos, dit Nathalie Roy
Photo d'archives, Stevens LeBlanc

Coup d'oeil sur cet article

La députée caquiste Nathalie Roy se questionne sur une plainte formulée à l’égard du député Gerry Sklavounos, qui aurait eu un comportement inapproprié à l’endroit d’une employée politique du PQ.

«Qui, au Parti libéral, à cette époque, durant 2012 et 2014, était au courant, savait qu'une plainte avait été formulée à l'égard du comportement de M. Sklavounos? Qu'est-ce qui a été fait du côté du Parti libéral à l'égard de cette plainte, et est-ce que quelqu'un a informé le chef du Parti libéral de l'époque, entre 2012 et 2014? Ce sont des questions politiques, que je pose ce (vendredi) matin», a lancé Mme Roy vendredi lors d’un point de presse à l’Assemblée nationale.

Au Parti québécois, on confirme qu’à l’époque du gouvernement Marois, le whip du Parti libéral avait été contacté pour dénoncer le comportement inapproprié de M. Sklavounos à l’endroit d’un membre du personnel politique. La plainte a été reçue et le député a modifié sa conduite.

Pour Mme Roy toutefois, des questions restent. «Si des gens en position d'autorité au Parti libéral savaient qu'il y avait des comportements inappropriés, des paroles inappropriées, des gestes inappropriés à l'égard des femmes, puis qu'ils n'ont pas agi, c'est grave», a-t-elle lancé.

Le Devoir rapporte que plusieurs femmes membres du personnel de l’Assemblée nationale, stagiaires ou pages ont vécu des expériences malheureuses avec Gerry Sklavounos. Le quotidien mentionne par exemple des commentaires désobligeants, l’envoi de textos. On le décrit comme un «cruiser insistant».

«Depuis hier (jeudi), j'entends toutes sortes de choses, des gens de tous les partis, et même chez moi on me raconte des choses. On m'a raconté toutes sortes de choses impliquant des pages, des stagiaires et le personnel politique (de la CAQ) semble savoir des choses à cet égard là», a affirmé Mme Roy.

La CAQ demande à Sklavounos de quitter son poste de député

Gerry Sklavounos jette un discrédit sur l’Assemblée nationale et doit quitter son poste de député, estime la CAQ.

«Je crois qu'il devrait réfléchir très sérieusement à la possibilité de démissionner de son poste. Et je lui laisse ça en son âme et conscience, parce que ce sera impossible pour lui de continuer à travailler dans les circonstances», a lancé Nathalie Roy vendredi lors d’un point de presse au Parlement.

Mme Roy estime que des enquêtes policières «concernant des crimes contre la personne» visant un élu mettent à mal la confiance du public envers les institutions. «Ça fait en sorte que toute l'institution de l'Assemblée nationale est discréditée, que tous les parlementaires sont discrédités, et que les citoyens et les électeurs sont inquiets», a-t-elle lancé.

«Je pense qu'il a vraiment à réfléchir à son rôle de député, même s'il veut siéger comme indépendant, ce qu'il a le droit de faire, par ailleurs, mais je l'invite à réfléchir à ce que ça va faire à l'Assemblée nationale», a dit Mme Roy.