/lifestyle/health
Navigation

Tout tremblement n’est pas du Parkinson

Alzheimer's Disease
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Le tremblement essentiel, appelé aussi tremblement familial, est une maladie neurologique plus fréquente qu’on ne le pense et qui peut toucher tous les groupes d’âge. On rapporte qu’environ 4 % à 5 % de la population souffriraient de cette pathologie. On observe d’ailleurs deux pics d’apparition, soit dans la vingtaine et dans la soixantaine, et elle touche autant les hommes que les femmes.

Cette maladie se manifeste par des tremblements involontaires lors des mouvements. On parle alors d’un tremblement d’action contrairement au tremblement retrouvé dans la maladie de Parkinson, qui se veut un tremblement de repos.

Mains et bras

Le tremblement essentiel se remarque le plus fréquemment au niveau des mains ou des bras, et ce, souvent bilatéralement. Il peut aussi se manifester au niveau des mâchoires, de la tête, du menton, mais touche rarement le tronc et les jambes. S’il atteint les cordes vocales, la personne aura une voix plutôt chevrotante.

Le tremblement essentiel, même s’il n’est pas une maladie dite «grave», est de sévérité variable. Il peut devenir très handicapant et chez 10 % des personnes atteintes, cela peut les obliger à carrément devenir inaptes au travail. Et ce, sans compter la stigmatisation de ces personnes! Qui n’a pas déjà entendu le commentaire suivant: «Elle doit être alcoolique ou intoxiquée pour trembler comme ça». Alors que ce n’est pas du tout le cas.

Comme il n’existe pas de test spécifique pour le diagnostic du tremblement essentiel, il va sans dire que le médecin doit éliminer d’autres pathologies qui amènent ce symptôme, comme une maladie de la thyroïde, des effets secondaires des médicaments, une prise de caféine ou de boissons énergisantes, l’alcoolisme, la maladie de Parkinson et l’anxiété.

Que faire ?

Quoi faire alors? Il n’y a pas de traitement pour supprimer complètement les tremblements. La prise d’alcool peut les diminuer, mais il faut être prudent, car le risque de dépendance est grand. Par ailleurs, l’adoption de saines habitudes de vie (diminuer la caféine ou autres stimulants, faire de l’activité physique régulièrement, etc.) et un meilleur contrôle des agents de stress peuvent beaucoup aider.

Certains médicaments peuvent aussi être utilisés, dont les bêtabloquants, antiépileptiques, anxiolytiques, anticonvulsivants, mais plusieurs d’entre eux ont des effets indésirables.

Dans certains cas, des injections de toxine botulinique peuvent être tentées. Et depuis quelques années, il existe une technique réservée aux patients qui souffrent d’une forme très sévère de tremblement essentiel: la stimulation cérébrale profonde. Celle-ci consiste à implanter dans le cerveau deux électrodes (deux fils très fins) qui sont laissées en place en permanence. Elle réduit l’intensité des tremblements de 70 à 80 %.

Si vous souffrez d’un tremblement essentiel, prenez le temps de discuter avec votre professionnel de la santé pour avoir une information de qualité!

Nouvelle médicale: Les ravages du cancer

Le rapport Statistiques canadiennes sur le cancer 2016 a été publié la semaine dernière. Voici quelques points saillants.

Le cancer demeure la première cause de mortalité au Canada: 30 % des décès y sont attribuables.

On estime qu’il y aura 202 400 nouveaux cas de cancer – 51 900 au Québec (excluant les cas de cancer de la peau autres que le mélanome) et 21 300 décès en 2016.

Quatre types de cancer (poumon, sein, colorectal et prostate) représentent 50 % des nouveaux cas de cancer.

Aujourd’hui, plus de 60 % des Canadiens atteints de cancer survivent au moins cinq ans après un diagnostic de cancer (taux ajusté en fonction des autres causes de décès). Cependant, ce taux varie considérablement selon le type de cancer.

Depuis les 30 dernières années, le taux de mortalité pour tous les cancers confondus est en baisse chez les hommes et chez les femmes.

Pour en savoir plus sur les Statistiques canadiennes sur le cancer 2016, visitez le cancer.ca/statistiques.

Réf. : Société canadienne du cancer:

www.cancer.ca

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.