/news/society
Navigation

Elle vend sa maison pour faire le tour du monde

Elle vend sa maison pour faire le tour du monde

Coup d'oeil sur cet article

MASCOUCHE | Épuisée par son mode de vie, une femme de 28 ans souhaite vendre sa maison et utiliser l'argent pour faire le tour du monde pendant 2 ans.

Lorsque son père est décédé, il y a cinq ans, Penny Lebrun a appris qu’il n'avait pas d'assurances. Attachée à la résidence de la rue Paris, elle a utilisé toutes ses économies pour l’acheter et l'habiter avec son frère et son conjoint.

À l'époque, Penny et son copain Shaun A Labarre croyaient pouvoir vivre une vie rangée, mais peu à peu le goût de l'aventure a pris le dessus. «J'ai toujours voyagé, mon chum aussi. J'ai réalisé que le stress qu'on vit ici, ce n'est pas ça la vie», a-t-elle affirmé en entrevue au Journal.

Tout vendre

Au cours des derniers mois, Mme Lebrun s'est départie de tous ses biens matériels. «J’ai vendu mon auto, mes objets, je me débarrasse de tout», a-t-elle lancé. Elle a récemment quitté son emploi de «designer» pour travailler comme guide auprès de touristes français.

C'est le besoin de découvrir de nouvelles choses qui l'a poussée à mettre la maison de son enfance en vente sur internet. «Je veux apprendre d'autres modes de vie, je veux travailler sur des fermes, je veux apprendre à faire mon propre jardin, je veux construire une maison bio. Je veux vivre de mes voyages», a-t-elle affirmé.

Même si elle se dit pressée de partir et de vivre de nouvelles aventures, elle souhaite trouver de bons propriétaires pour la maison qui l'a vu grandir. «C'est une maison idéale pour un jeune couple. J'aimerais savoir qu'elle est entre de bonnes mains. On y a toujours fait très attention», a-t-elle assuré.

Ouvrir une auberge de jeunesse

Après leur voyage, Mme Lebrun et son conjoint aimeraient acheter un immeuble, le retaper et ouvrir une auberge de jeunesse. «J'ignore où! Je ne suis pas fermée à un endroit, mais jusqu'ici l'Asie et l'Amérique du Sud m'intéressent beaucoup», a-t-elle confié. Même si elle ignore toujours sa date de départ, elle n'exclut déjà pas la possibilité de prolonger son voyage.