/entertainment/movies
Navigation

Cinemania: un parfum de Cannes

Guilhem Caillard (Directeur général ) et Maidy Teitelbaum (Présidente et fondatrice)
Photo Agence QMI, Sébastien St-Jean Guilhem Caillard (Directeur général ) et Maidy Teitelbaum (Présidente et fondatrice)

Coup d'oeil sur cet article

Un vent en provenance de Cannes soufflera sur la 22e édition du festival de films francophones Cinemania.

Parmi les 50 longs métrages qui seront projetés à Montréal du 3 au 13 novembre, cinq était en compétition officielle pour l’obtention de la Palme d’or au printemps dernier, alors que sept autres ont eu droit à une première lors de l’événement.

Il sera donc possible de voir «Elle», le choix de la France pour représenter le pays dans la course aux Oscars, un thriller dont le rôle principal est défendu par Isabelle Huppert, dont les admirateurs auront la chance d’apprécier la qualité de son jeu dans trois films.

Plusieurs stars de l’autre côté de l’Atlantique jouiront également d’une visibilité sur grand écran, que ce soit Marion Cotillard («Mal de pierres»), Omar Sy («Monsieur Chocolat»), Guillaume Canet («Cézanne et moi»), Jean Dujardin («Un homme à la hauteur») ou Juliette Binoche («L’attente» et «Ma loute»).

Au total, 40 premières auront lieu pendant les 11 jours du festival.

Québécois en vedette

Outre les grands noms du cinéma français, certains visages bien connus du Québec jouiront d’une visibilité en salle grâce à trois productions dramatiques de l’Hexagone.

C’est le cas d’Anne Dorval qui tient un rôle dans «Réparer les vivants» à propos du don d’organes, de Suzanne Clément qui donne la réplique à Albert Dupontel pour «Les premiers, les derniers», ainsi que de Gabriel Arcand à l’affiche du «Fils de Jean».

Radicalisation

Une partie de la programmation de Cinemania a été axée sur des sujets chauds de l’actualité.

Avec «Corps étranger», c’est de radicalisation des jeunes dont il sera question, le contraire de ce à quoi s’attardera «Le ciel attendra». Le drame «La route d’Istanbul» transportera de son côté les cinéphiles en Syrie, aux côtés des djihadistes.

Le thriller dramatique «Nocturama» – écrit avant les événements de «Charlie Hebdo» et du Bataclan – risque aussi d’en ébranler plusieurs en mettant en scène des jeunes terroristes qui s’en donnent à cœur joie à Paris.

Le mandat de lancer la nouvelle édition du festival été confié à Nicole Garcia et à son drame romantique «Mal de pierres». Attendue à Montréal, la comédienne et réalisatrice sera le centre d’intérêt d’un hommage avec la présentation de huit de ses films.

C’est la comédie de Justine Triet «Victoria», portée par la Belge Virginie Efira, qui viendra clore cet autre rendez-vous lié au septième art.

La programmation complète de Cinemania se trouve au festivalcinemania.com où il est possible de se procurer des billets.