/opinion/columnists
Navigation

La matante cochonne

Imaginez si c’était un homme qui parlait comme ça...
Photo d'archives Imaginez si c’était un homme qui parlait comme ça...

Coup d'oeil sur cet article

Avez-vous vu Anne-France Goldwater à la Grande Messe, dimanche soir?

Plus vulgaire, tu te présentes à la présidence des États-Unis pour les républicains.

Entre le pape Guy A. et son bedeau Dany, la «bouillonnante» avocate a enchaîné les propos méprisants sur les hommes.

«On enlève les couches des garçons à 30 ans», les beaux gars sont des «p’tits morceaux» qu’on attire en claquant la langue, comme on appelle un chien, et «les hommes sont utiles pour quelque chose, mais pas nécessairement grand-chose» (entendez: dans le lit, mais nulle part ailleurs).

PÉRUSSE EN ROBE

Imaginez ce qui arriverait si un homme lançait ce genre de propos dans une émission de grande écoute, en sortant la langue et en multipliant les clins d’œil lubriques.

Vous croyez qu’on l’applaudirait?

C’est pourtant ce qu’ont fait les fidèles de la Grande Messe.

(Cela dit, ce n’est guère surprenant. Les fidèles de la Grande Messe applaudiraient une borne-fontaine ou le chef des Hells si l’animateur de foule le leur demandait. On est fidèles ou bedon on ne l’est pas.)

Ce n’est pas la première fois que la «pétillante» avocate nous fait part de son immense mépris pour les hommes.

Lors d’un précédent passage à la Grande Messe, elle avait dit que les hommes étaient des «bâtards» et des «petites têtes», et avait déclaré que si les hommes ne voulaient pas s’engager à long terme avec une femme, ils n’avaient qu’à rester chez eux et à se servir de leur main gauche.

La grande classe, quoi.

Quand je regarde Anne-France Goldwater, je me rappelle les grosses blagues de mononcles que racontaient Roméo Pérusse et Roger Turcotte aux Trois Cloches.

La même finesse, le même raffinement.

La même élégance.

TELLEMENT DRÔLE !

Et après ça, on me dira qu’il n’existe pas de sexisme anti-homme au Québec.

Bien tiens.

Il suffit de regarder trois heures de télé pour se rendre compte du contraire.

Il y a trois sortes de gars dans les pubs au Québec: le tata, le twit et l’imbécile.

Le tata est twit, le twit est imbécile et l’imbécile est un maudit tata.

Oups! J’oubliais le gars musclé que les femmes regardent en bavant, et qu’elles jettent dans le coffre arrière de leur auto comme un vulgaire morceau de viande.

Mais ce n’est pas sexiste, nooooooon.

C’est juste drôle!

Un gros mononcle qui dit que les filles sont juste bonnes pour baiser est un violeur.

Une grosse matante qui dit que les gars sont juste bons pour baiser est une coquine qui assume ouvertement sa sexualité.

Expliquez-moi quelqu’un.

CECI N’EST PAS UNE PIPE

Dans une vidéo qui circule sur internet, Mitsou demande à Anne-France Goldwater de parler de ses œuvres caritatives.

Réponse de la «volcanique» avocate: «Si je pouvais encourager 100 000 femmes à entrer chez elles ce soir et à sucer la bite de leur mari, j’aurais le sentiment d’avoir accompli une œuvre humanitaire...»

Mettez maintenant ces mots dans la bouche d’un gars hyper connu. Sa carrière serait terminée.

À moins qu’il passe à la Grande Messe et qu’il demande pardon au pape et à son bedeau...