/news/politics
Navigation

Justin Trudeau a pu finalement s'envoler pour Bruxelles après avoir dû rebrousser chemin une première fois

Le premier ministre Justin Trudeau
PHOTO AGENCE QMI, MATTHEW USHERWOOD Le premier ministre Justin Trudeau

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA - L'avion du premier ministre Justin Trudeau à destination de Bruxelles où il est attendu dimanche pour signer l'accord de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne a dû rebrousser chemin samedi soir peu après son départ d'Ottawa.

La nouvelle a été confirmée à l’Agence QMI tard samedi soir par Cameron Ahmad, attaché de presse au cabinet du premier ministre.

«Il y a effectivement eu des problèmes mécaniques, a-t-il écrit dans un courriel. Tout le monde est sain et sauf et ils repartiront vers l'Europe dès que possible.»

Selon différents médias, le premier ministre et les personnes l'accompagnant ont pu finalement s'envoler la Belgique en toute fin de soirée.

M. Trudeau est attendu ce dimanche à Bruxelles pour la signature de l’Accord économique et commercial global avec l’Union européenne entériné par la Belgique vendredi.

Selon l’horaire prévu, soit avant les problèmes mécaniques de son avion, il devait partir d’Ottawa samedi soir à 20 h 45, arriver à Bruxelles ce dimanche matin à 8 h 45, heure locale, et reprendre l’avion pour revenir au Canada à 17 h 55, heure locale toujours.

Dimanche, selon son horaire initial, M. Trudeau devait rencontrer le président du Conseil de l’Union européenne, Donald Tusk, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, le président du Parlement européen, Martin Schulz, et le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, qui est à Bruxelles depuis vendredi, en plus de participer à une réunion plénière Canada-UE et une réunion plénière élargie Canada-UE.

La cérémonie de signature de l’accord de libre-échange au Conseil de l’Union européenne était prévue pour 12 h 25, mais on ignorait samedi en fin de soirée si elle allait être déplacée.

Le traité devait être signé par les parties jeudi dernier, mais la cérémonie de signature a dû être annulée en raison de l’opposition du Parlement de la Wallonie qui empêchait la Belgique, et par ricochet l’Union européenne, de le signer.

Après d’intenses négociations, pressions de toutes parts et ultimatums, l’aval de la Belgique est survenu vendredi et un sommet Union européenne-Canada a été tout de suite convoqué pour la signature officielle du traité ce dimanche.

Certaines régions de la Belgique, dont la Wallonie, craignaient pour leur secteur agricole et le processus de règlement des différends entre les multinationales et les États prévu par l’accord.

Une fois ratifié par le Parlement européen, l’accord devra être approuvé par les gouvernements de tous les États membres de l’Union européenne.

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.