/news/currentevents
Navigation

Surveillance policière sur Patrick Lagacé: un cas «sans précédent», selon l’avocat de La Presse

Patrick Lagacé
Photo Facebook Patrick Lagacé

Coup d'oeil sur cet article

La mise sous surveillance du chroniqueur-vedette Patrick Lagacé par la police de Montréal, avec 24 mandats sur son téléphone, constitue un cas «sans précédent» au Canada, croit l’avocat de La Presse.

«Je suis très inquiet et surpris, à ma connaissance, c’est la première fois au Canada que la police est allée aussi loin dans le but d’obtenir une source journalistique», a commenté Me Sébastien Pierre-Roy, qui représente le quotidien montréalais.

L’avocat était à la cour, lundi, dans le but de faire caviarder des documents publics le numéro de téléphone du chroniqueur Patrick Lagacé. Le quotidien de la rue Saint-Jacques a également demandé d’obtenir les documents relatifs à cette affaire qui sont présentement sous scellés. Cette étape se déroulera en novembre.

«Nous sommes intervenus (dans le dossier) pour obtenir les documents, mais aussi pour agir en chien de garde, a commenté l’avocat de La Presse Sébastien Pierre-Roy. On s’inquiète de l’information que les policiers ont pu obtenir (en espionnant Patrick Lagacé).»

Selon La Presse, des enquêteurs auraient obtenu tous les numéros de téléphone entrant sur l’appareil de M. Lagacé, tant pour les appels que pour les messages textes. Un total de 24 mandats de surveillance concernant le téléphone a été autorisé par la justice.

L’enquête de la police de Montréal visait à trouver la source de fuites liées à une enquête interne sur la fabrication de preuve par des policiers spécialistes des gangs de rues.