/news/currentevents
Navigation

Appel au 911 à glacer le sang: le propriétaire d’un python qui a étouffé deux enfants était en panique

Appel au 911 à glacer le sang: le propriétaire d’un python qui a étouffé deux enfants était en panique

Coup d'oeil sur cet article

CAMPBELLTON | Le propriétaire d’un python qui a étouffé à mort deux enfants en 2013 était en panique lorsqu’il a appelé les secours.
 
Le 4 août 2013, un python s’est échappé de son vivarium et a atteint le salon de l’appartement du propriétaire Jean-Claude Savoie en passant par une conduite d’aération. La bouche d’aération a cédé et le serpent de 12 à 15 pieds de long s’est alors enroulé autour du cou de Connor, 6 ans et Noah Barthe, 4 ans, des amis du fils de M. Savoie qui dormaient en visite dans son appartement de Campbellton au Nouveau-Brunswick.
 
«Un python s’est échappé, les deux enfants sont morts», a dit Jean-Claude Savoie lors de son appel au 911. Il était visiblement en détresse. 
 
Il poursuit en affirmant que les deux enfants sont morts par terre et qu’il doit attraper le python. 
 
L’accusé a fondu en sanglots dans le box des accusés en entendant l’appel qui dure plus de sept minutes.
 
M. Savoie, qui habite maintenant Montréal, a été accusé de négligence criminelle causant la mort des deux enfants et son procès devant jury s’est ouvert hier.
 
Plusieurs autres personnes présentes dans la salle du tribunal n’ont pas pu empêcher leurs pleurs pendant la diffusion de l’enregistrement. 

 
Les premiers témoins entendus
 
Trois membres de la GRC ont été appelés à la barre hier afin d’expliquer ce qu’ils ont découvert sur les lieux du drame. 
 
En arrivant sur place, le constable Stéphane Dugas a expliqué avoir été accueilli par Jean-Claude Savoie qui était alors vêtu d’un t-shirt tâché de sang et pris de panique. Après avoir rapidement discuté avec les paramédicaux, le policier a raconté s’être précipité dans le salon où gisaient les frères. 
 
«C’était clair dans mon esprit que je ne pouvais rien faire pour eux», s’est-il souvenu, précisant avoir tout de suite aperçu du sang sur le visage et les bras du jeune Connor. 
 
Un comportement agressif
 
Dans son témoignage, le constable Dugas a dit se souvenir que le python de l’accusé avait un comportement agressif. Son collègue, le sergent René Labbé, en garde le même souvenir. 
 
Les deux policiers ont aussi affirmé avoir vu le serpent tenter de s’échapper du vivarium où il avait été enfermé par Jean-Claude Savoie une fois les forces de l’ordre arrivées sur les lieux. 
 
La mère de Noah et Connor Barthe, Mandy Trecartin, devrait témoigner lors de la reprise du procès, mercredi. 
 
Le procès, qui se déroule au palais de justice de Campbellton, devrait durer environ 10 jours. 
 
 

Ce qu’ils ont dit

 
« Vous entendrez des preuves montrant que le python s’était échappé à plusieurs reprises. Jean-Claude Savoie, par sa négligence, n’a pas fait les réparations nécessaires pour éviter que le python ne s’échappe à nouveau, causant la mort des garçons.»
-Me Pierre Roussel, procureur de la Couronne, lors de sa déclaration d’ouverture.
 
 « J’ai observé le serpent, il était très agressif. Il était debout sur sa queue et a chargé la fenêtre de l’enclos à plusieurs reprises. Il a aussi tenté de remonter la bouche d’aération de son enclos.»
-Sergent René Labbé lors de son témoignage
 
« Sont dead man, les deux kids sont morts raides.»
-L’accusé Jean-Claude Savoie, propos rapportés par le gendarme Éric Mallet et Stéphane Dugas, cité dans un extrait du mandat de perquisition de la GRC
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.