/sports/racing
Navigation

«Payer ne veut pas dire que tu n’as pas de talent»

Lance Stroll accédera à la F1 bien préparé, soutient Jacques Villeneuve

Lance Stroll
Photo d’archives Lance Stroll

Coup d'oeil sur cet article

À son passage au Grand Prix du Canada en juin dernier, Jacques Villeneuve n’a pas été tendre à l’endroit de tous ces pilotes «payants» qui accèdent à la F1.

Ces déclarations ne visaient pas uniquement son jeune compatriote Lance Stroll qui sera confirmé demain à titre de pilote à temps plein de l’écurie ­Williams pour la saison 2017.

«J’ai effectivement dit que l’argent n’achetait pas le talent et je maintiens cette affirmation», a indiqué le ­champion du monde en 1997 dans une longue entrevue accordée au Journal de Montréal à l’occasion de l’escale américaine du grand cirque de la F1 à Austin il y a quelques semaines.

«Toutefois, a-t-il insisté, payer ne veut pas dire que tu n’as pas de talent. Il faut savoir interpréter mes propos.

«C’est vrai que Stroll a accompli de belles choses cette année.»

Le jeune pilote a connu une dernière saison formidable en remportant le championnat européen de Formule 3.
Photo d’archives
Le jeune pilote a connu une dernière saison formidable en remportant le championnat européen de Formule 3.

Entrer par la grande porte

Sans l’apport essentiel d’un commanditaire majeur, aucun pilote ne peut aspirer à la discipline-reine du sport ­automobile.

«Dans son cas, cet appui financier provient du père, a rappelé Villeneuve. On ne peut quand même pas lui reprocher d’être né dans une famille aisée.

«L’argent te permet d’entrer par la grande porte.

«Il est chanceux d’avoir un budget illimité. Très rares sont les pilotes à avoir une telle opportunité.»

Le richissime homme d’affaires ­Lawrence Stroll a ouvert la voie
à son fils Lance pour accéder à la Formule 1, discipline-reine du sport ­automobile
Photo d’archives
Le richissime homme d’affaires ­Lawrence Stroll a ouvert la voie à son fils Lance pour accéder à la Formule 1, discipline-reine du sport ­automobile

Dernière étape difficile

Selon Villeneuve, l’apprentissage du jeune espoir montréalais de 18 ans est toutefois loin d’être terminé.

«C’est certain qu’il peut très bien s’en tirer. On lui donne les moyens ­d’exprimer son talent, ce qui est génial.»

Tout en reconnaissant que le saut de la F3 à la F1 est possible, Villeneuve tient à apporter des nuances.

«Remporter le championnat en F3 comme il l’a fait peut ne vouloir rien dire, a-t-il persisté. Il y a tellement de pilotes qui ont gagné en F3, mais n’ont rien fait en F1 par la suite.

«À l’inverse, d’autres n’ont rien cassé en F3 et ils ont... explosé en F1. Chaque cas est différent.»

De bons mots pour le père

Villeneuve affirme que le paternel Lawrence Stroll a posé les bons gestes pour ­aider son fils.

«Il a fait des choix judicieux, a relaté Villeneuve. Il a su préparer son fils qui, en retour, a fait des efforts pour livrer la marchandise.»

«Lawrence s’est arrangé pour que Lance n’ait pas l’air fou à sa première course, en mars prochain en Australie. Et c’est tout à son honneur.»

Le futur pilote de F1 a multiplié les essais privés récemment à bord d’une monoplace Williams datant de 2014.

«Oui, les voitures ont évolué depuis deux ans, mais ça demeure une F1 avec des pneus très semblables, a enchaîné Villeneuve. Il ne sera pas dépaysé en roulant au volant de la nouvelle monture l’an prochain, même si la F1, en vertu de la nouvelle réglementation, sera beaucoup plus rapide en 2017.»

Lance Stroll
Photo d’archives

« Claques sportives »

En F1, tout devient plus compliqué, surtout pour une jeune pilote sans expérience.

«Il reste maintenant à voir comment Lance va évoluer psychologiquement en F1, a indiqué Villeneuve. Tu n’es plus protégé par ton père, tu es ­plutôt laissé à toi-même.

«Il est très rapide et il a du talent, mais il n’a pas encore appris à souffrir. J’ai hâte de voir comment il va réagir quand il va subir des claques sportives.

«Quand il réussira à les surmonter, comme les grands champions l’ont fait dans leur carrière, tous les ­espoirs seront permis dans son cas.

«Lance s’est battu pour gagner des courses, mais ne s’est pas battu pour survivre en sport automobile. Il n’a pas encore fini d’apprendre et c’est normal.»