/news/politics
Navigation

Sources journalistiques: la question rebondit à Ottawa

Ralph Goodale
Photo d'archives Ralph Goodale

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA - Dans la foulée de l’affaire du chroniqueur épié par la police de Montréal, le ministre fédéral de la Sécurité publique refuse de dire si des journalistes canadiens font l’objet de surveillance par les corps de police fédéraux.

Questionné mardi à la période de questions par le chef du NPD Thomas Mulcair, Ralph Goodale a donné l’assurance que son gouvernement croit fermement en la liberté de la presse.

Ce dernier a toutefois été incapable de préciser si des journalistes sont actuellement surveillés par la GRC.

«Le ministre de la Sécurité publique peut-il nous dire clairement si d'autres journalistes font actuellement l'objet d'une surveillance de la GRC et du SCRS (le service de renseignement canadien)?», a demandé M. Mulcair.

En matière de divulgation des sources journalistiques, «un jugement de la Cour suprême a établi les règles et ces standards élevés sont reflétés dans notre directive ministérielle», a rappelé M. Goodale.

Insatisfait de la réponse, M. Mulcair a plaidé que le gouvernement Trudeau ne peut, d'un côté, être en faveur de la liberté de la presse, et de l'autre, refuser de dire si d’autres reporters sont surveillés à leur insu.

Mardi, le gouvernement du Québec a annoncé trois mesures pour assurer la protection des sources journalistiques, dont la mise sur pied d’un comité d’experts.

Pour l’heure, Ottawa n’a pas jugé bon emboîter le pas avec de nouvelles mesures, alors que la surveillance policière dont ont fait l’objet le chroniqueur Patrick Lagacé et d’autres journalistes québécois fait scandale dans le monde entier.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.