/news/politics
Navigation

La protection des sources journalistiques rebondit jusqu'à Ottawa

La protection des sources journalistiques rebondit jusqu'à Ottawa
MATTHEW USHERWOOD/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Alors que Justin Trudeau promet de faire le «nécessaire» pour défendre la liberté de presse, Thomas Mulcair demande la tenue d’une enquête fédérale.

«Ce gouvernement est à la défense de liberté de la presse et on va faire ce qui est nécessaire pour l’encadrer s’il y a d’autres étapes nécessaires», a soutenu le premier ministre, mercredi matin, à l’entrée de la réunion hebdomadaire de son caucus.

«La préoccupation que nous avons tous par rapport à la protection de la liberté d’expression, la liberté de la presse est soulignée par ce qui vient juste de se passer. On va regarder attentivement les conversations qui vont avoir lieu entre l’Hôtel de Ville de Montréal et les services de police de Montréal», a-t-il indiqué, réagissant au fait que le téléphone portable de plusieurs journalistes a été surveillé par la police.

Le chef sortant du NPD, Thomas Mulcair, n’est pour sa part pas rassuré par la situation et exige la tenue d’une enquête au niveau fédéral pour s’assurer que les journalistes ne fassent pas l’objet d’une surveillance similaire de la part de la GRC.

«Au Canada, en ce moment, il y a combien de journalistes qui sont surveillés soit par la GRC, soit par le SCRS?  M. Goodale connaît la réponse.  Il a refusé de répondre hier (mardi) et il n’a certainement pas répondu qu’il n’y en avait pas, donc il y en a.  Alors moi, je m’attends à ce que Justin Trudeau tire ça au clair.  C’est son obligation», a-t-il suggéré.

Le ministre fédéral de la Sécurité publique, Ralph Goodale, a indiqué qu’une directive ministérielle datant de 2003, visant à protéger certains secteurs incluant les médias, ferait l’objet d’une révision.

«Ce que j’ai entrepris, c’est de m’assurer que toutes les directives émises par le ministre de la Sécurité publique répondent aux buts auxquels elles devaient répondre», a-t-il fait valoir.

Le ministre a ajouté que le commissaire de la GRC, Bob Paulson, avait indiqué mardi ne pas être au courant de cas de journalistes qui feraient actuellement l’objet d’une telle surveillance.

Le Bloc québécois entend pour sa part déposer un projet de loi privé sur la protection des sources journalistiques qui s’apparenterait à la mesure législative révisée qu’avait déposée en vain l’ex bloquiste Serge Ménard en 2007.