/news/currentevents
Navigation

La SQ a eu un cellulaire de Ken Pereira

La SQ a eu un cellulaire de Ken Pereira
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Le syndicaliste et sonneur d’alarme Ken Pereira dit avoir été naïf lorsqu’il a remis à la Sûreté du Québec le cellulaire qu’il utilisait pour contacter une trentaine de journalistes, en 2008.

«J’ai été naïf», lance-t-il en entrevue avec Le Journal.

Avec les récentes révélations concernant la surveillance des sources de journalistes, M. Pereira s’inquiète de l’utilisation qu’a pu faire la SQ des données de son cellulaire de l’époque.

«Peut-être que je panique pour rien, mais tous les journalistes qui ont été nommés jusqu’à présent, j’étais en contact avec eux à cette époque», soutient-il.

Menace

M. Pereira raconte qu’en 2008, il était surveillé par la SQ puisque sa vie était en danger.

Un jour, il a reçu un texto menaçant.

«C’était écrit ‘‘Dans trois jours BOOM’’», dit-il.

Il a déposé le téléphone sur une table et a tout de suite téléphoné à la police.

«Ils sont venus et l’ont saisi. Sincèrement, je ne m’étais jamais posé de question jusqu’à cette semaine», confie-t-il.