/news/currentevents
Navigation

Morts tués par un serpent: Elle apprend du voisin que ses enfants sont morts

Les jeunes sont morts étouffés par le serpent du propriétaire où ils dormaient

Mandy Trecartin avec ses enfants Noah et Connor Barthe. La mère de famille de 35 ans a témoigné hier au procès du propriétaire du serpent. Le reptile de 15 pieds a été euthanasié après la mort des bambins.
Photo Courtoisie Mandy Trecartin avec ses enfants Noah et Connor Barthe. La mère de famille de 35 ans a témoigné hier au procès du propriétaire du serpent. Le reptile de 15 pieds a été euthanasié après la mort des bambins.

Coup d'oeil sur cet article

CAMPBELLTON | La mère de deux jeunes frères asphyxiés par un serpent en 2013 a dit ne pas avoir pu imaginer qu’elle ne reverrait plus jamais ses enfants vivants en les confiant à son meilleur ami.

Le 4 août 2013 en matinée, Mandy Trecartin, la mère de Connor, 6 ans, et Noah, 4 ans, a vu son voisin Jean-Claude Savoie entrer précipitamment dans sa maison en criant que ses enfants étaient morts étouffés par son serpent.

La mère de famille s’est alors presque effondrée.

Elle a alors envoyé son conjoint à l’appartement de M. Savoie pour vérifier si c’était vrai.

«Je voulais être seule, je voulais monter à ma chambre, je ne savais pas comment parler aux gens à ce moment», a-t-elle raconté hier dans son témoignage au procès de Jean-Claude Savoie, propriétaire du serpent, accusé de négligence criminelle causant la mort.

Le décès de ses enfants a mis une fin abrupte à son amitié avec l’accusé. Elle soutient ne pas l’avoir revu depuis.

Jean-Claude Savoie n’a pu retenir ses pleurs pendant le témoignage de Mme Trecartin.

Il était propriétaire d’un python de 15 pieds de longueur. Le soir de l’incident, il avait accepté de garder à coucher Noah et Connor, comme il l’avait fait une dizaine de fois auparavant.

Le dernier jour

La journée précédant la mort de ses enfants restera marquée dans la tête de Mme Trecartin comme une journée heureuse, où ses enfants se sont bien amusés.

La journée s’est déroulée en compagnie de ses enfants et du fils de l’accusé. En soirée, ils se sont rendus à la ferme du père de M. Savoie, située dans un village à proximité de Campbellton, une sortie qu’ils faisaient régulièrement.

Ils ont joué avec des animaux, notamment des lapins et un chiot.

Le groupe est revenu vers 22 h. Mandy Trecardin a alors installé ses enfants pour dormir dans le salon de M. Lavoie. Après les avoir embrassés, elle est rentrée chez elle en toute confiance.

Elle ne s’imaginait pas que c’était la dernière fois qu’elle les voyait en vie.

Pas nouveau

En après-midi, la cour a entendu Ocean Eagles, une ancienne bénévole de l’animalerie de Jean-Claude Savoie, qui était située au rez-de-chaussée de l’immeuble qui abritait son appartement.

Plusieurs semaines avant le drame, Jean-Claude Savoie lui aurait raconté que le python s’était déjà enfui.

«Jean-Claude m’a dit qu’il était assis dans son salon et qu’il a regardé le plafond et que le serpent était là [dans la bouche d’aération]», a-t-elle expliqué.

Mme Eagles affirme que le serpent avait réussi à s’échapper puisque le couvercle de la bouche d’aération donnant dans son enclos était tombé depuis un bon moment.

L’avocat de l’accusé, Leslie Matchim, a livré un contre-interrogatoire musclé, qui a souvent déstabilisé Ocean Eagles.

La défense a tenté de remettre en cause des éléments de son témoignage en soulevant des contradictions dans ses dépositions portant sur cette affaire.

Ce qu’ils ont dit

«Il y avait juste moi et Jean-Claude qui nous occupions du serpent. Tout le monde en avait peur. C’était un serpent dangereux.»
«Je n’avais pas peur, mais je faisais attention. Je savais comment était le serpent et de quoi il était capable. Un seul faux pas et c’était fini.»

-Ocean Eagles, ancienne bénévole de l’animalerie Reptile Ocean

«Je n’ai jamais une seule fois pensé que mes enfants seraient en danger chez Jean-Claude. Je me suis toujours dit que mes enfants seraient autant en sécurité avec lui qu’avec moi.»
-Mandy Trecartin, mère de Noah et Connor Barthe

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.