/news/consumer
Navigation

Baisse des achats de boissons gazeuses

Coke Pepsi
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Les clients des supermarchés du Québec achètent de moins en moins de boissons gazeuses et de plus en plus d’eau en bouteille, révèle une étude.

«C’est encourageant, mais il reste quand même beaucoup de chemin à faire pour diminuer la consommation de boissons sucrées», dit Laurie Plamondon, une des auteurs.

Alors que le gouvernement examine la possibilité de taxer les boissons sucrées, l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) a diffusé hier un rapport sur l’achat de boissons non alcoolisées dans les supermarchés et grandes surfaces du Québec.

Le lait numéro un

Les boissons gazeuses sont celles qui ont connu la plus forte diminution entre 2010 et 2014, soit une baisse de 18%. En revanche, les achats d’eau en bouteille ont augmenté de 21%.

L’eau plate embouteillée a remplacé les boissons gazeuses régulières comme deuxième boisson la plus achetée après le lait nature à partir de l’année 2012-2013, révèle l’étude.

«On ne peut toutefois pas dire si c’est parce que les gens consomment plus d’eau qu’avant ou parce qu’ils consomment moins d’eau du robinet», précise Mme Plamondon.

Malgré cette tendance, les boissons «à limiter» et celles «à consommer avec modération» (voir tableau) représentent tout de même plus de la moitié (52%) des achats de boissons des Québécois.

Le lait reste la boisson la plus achetée, même si son prix est le deuxième plus élevé après celui des boissons énergisantes.

L’étude ne fournit pas de raisons qui peuvent expliquer les tendances observées. Mais Sylvain Charlebois, professeur en politiques alimentaires à l’Université Dalhousie, remarque que la consommation de boissons gazeuses est globalement en baisse en Amérique du Nord.

En crise

«Le secteur des boissons gazeuses est en crise. Ce n’est plus à la mode comme avant [...] Le sucre est le nouveau tabac», dit-il.

«Ce qui est hot aujourd'hui, ce sont les boissons protéinées, abonde Maurice Doyon, professeur d'économie agroalimentaire à l'Université Laval. Les consommateurs ont de plus en plus de choix de boissons».

De plus, ce sont les jeunes qui sont les plus susceptibles d'être attirés par les boissons sucrées, alors que la population est vieillissante, souligne M. Doyon.

Quant aux bouteilles d’eau, la compétition dans ce secteur a augmenté et les prix ont baissé, suggère M. Charlebois. Mais selon lui, ces chiffres iront en descendant dans les prochaines années car les gens sont de plus en plus conscientisés quant aux effets néfastes de la surabondance de plastique. «Il y a déjà des campus qui les interdisent», illustre-t-il.

D’autant plus que bon nombre de bouteilles d’eau ne contiennent rien d’autre... que de l’eau du robinet, rappelle Mme Plamondon.

 

LES BOISSONS QUE LES QUÉBÉCOIS ACHÈTENT

  • Lait nature: 25 %
  • Eau plate en bouteille: 22 %
  • Boissons gazeuses «régulières»: 16 %
  • Jus de fruits purs: 14 %
  • Boissons aux fruits: 9%
  • Boissons gazeuses «diète»: 8%
  • Jus de légumes 2 %
  • Eau gazéifiée 2 %
  • Lait aromatisé 1 %
  • Boissons de soya 1 %
  • Boissons énergisantes 0,3 %

Source: Institut national de santé publique du Québec (INSPQ). Achats en supermarchés ou magasins à grande surface au Québec en 2013-2014

 

CLASSIFICATION SANTÉ

À favoriser

  • Eau plate
  • Eau gazéifiée
  • Lait nature

À consommer avec modération

  • Jus de fruits purs à 100 %
  • Jus de légumes
  • Lait aromatisé (exemple: lait au chocolat ou à la vanille)
  • Boissons de soya
  • Boissons gazeuses «diètes»

À limiter

  • Boissons gazeuses «régulières»
  • Boissons aux fruits (boissons sucrées aux fruits, thé glacé, boissons pour sportifs, etc.)
  • Boissons énergisantes

Source: INSPQ

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.