/world/europe
Navigation

Bientôt possible de se marier dans l’espace?

Une compagnie espagnole promet de relever le défi à l’aide de gigantesques ballons gonflés à l’hélium

 Les ballons à l’hélium de la compagnie Zero2Infinity, basée à Barcelone, peuvent monter à une altitude de 40 km, soit trois fois celle des vols commerciaux. Les voyages spatiaux devraient durer entre cinq et six heures.
Photo courtoisie, Zero2Infinity Les ballons à l’hélium de la compagnie Zero2Infinity, basée à Barcelone, peuvent monter à une altitude de 40 km, soit trois fois celle des vols commerciaux. Les voyages spatiaux devraient durer entre cinq et six heures.

Coup d'oeil sur cet article

Dubaï | Lancer des satellites ou organiser un mariage dans l’espace: tel est le défi qu’une compagnie espagnole promet de relever avec des ballons gonflés à l’hélium.

Un tel voyage aux confins de l’espace peut devenir possible dans deux ans au prix de 110 000 euros (164 000 $), a assuré vendredi José Mariano López-Urdiales, PDG et fondateur de Zero2Infinity, basée à Barcelone.

«Nous résolvons le problème de l’accès à l’espace d’une manière totalement différente: nous sortons de l’atmosphère en utilisant des ballons volant à haute altitude, à bas prix et propres, une technologie bien conçue et arrivée à maturité», a déclaré M. López-Urdiales dans un entretien en marge du Forum mondial sur les risques spatiaux, à Dubaï.

Possibilités illimitées

«De là, les possibilités seront illimitées», a-t-il ajouté. «On peut offrir l’expérience visuelle qu’ont les astronautes» en permettant d’admirer la courbure de la Terre, l’obscurité de l’espace, les étoiles et les planètes avoisinantes.

Fondée il y a 7 ans, Zero2Infinity a déjà à son actif une trentaine de vols d’essai, menés par des prototypes.

D’autres compagnies ont des ambitions similaires. World View Enterprises, basée aux États-Unis, travaille ainsi sur le transport de touristes dans l’espace en utilisant des ballons gonflés à l’hélium.

«Au lieu de combattre la gravité, nous nous en servons à notre avantage», a dit M. López-Urdiales, soulignant que sa compagnie espérait «changer complètement le profil de risque des missions spatiales». «Ces ballons sont très sûrs» et relativement peu coûteux. «Ils peuvent monter à une altitude de 40 km», soit trois fois l’altitude des vols commerciaux, a-t-il poursuivi.

Risque réduit

En février dernier, Virgin Galactic, la société de tourisme spatial du milliardaire britannique Richard Branson, a dévoilé la nouvelle version de son avion suborbital SpaceShipTwo en Californie, 16 mois après l’accident du premier exemplaire qui a coûté la vie au pilote et grièvement blessé le copilote.

Avant l’accident, Virgin Galactic comptait déjà 650 clients pour de futurs périples à la frontière de l’espace, avec un billet d’un coût de 250 000 dollars par personne.

Pour M. López-Urdiales, le risque est réduit avec les ballons. «Nous n’avons pas tous les risques d’explosion» et «nous ne dépassons même pas la vitesse du son (...), le ballon volant très doucement», a-t-il assuré.