/sports/hockey/canadien
Navigation

Un moment de bonheur en plein combat

Une cinquantaine d’enfants atteints du cancer ont assisté au match du Canadien

Coup d'oeil sur cet article

Trois ans après avoir perdu tragiquement son père dans un accident de pêche sur le fleuve Saint-Laurent, Justin combat une leucémie comme un homme.

Le petit bonhomme de Cap-Santé, dans la région de Portneuf, était l’un des 55 invités de Leucan et de la fondation des Canadiens pour l’enfance, samedi soir au Centre Bell. L’espace d’une soirée, il a pu oublier sa maladie en compagnie de sa mère, sa sœur et sa marraine, confortablement blotti dans une loge.

Maintenant âgé de 10 ans, il se range derrière le CH. Il était auparavant un fervent partisan des Penguins de Pittsburgh avec son paternel, Simon Germain. Depuis quelque temps, le hockey fait un retour dans la chaumière de Cap-Santé. Samedi soir, Justin a visité son équipe une deuxième fois. Il a vu à l’œuvre son joueur préféré, Carey Price, face aux Flyers de Philadelphie.

«C’est vraiment trop cool», lâche-t-il tout juste débarqué au cinquième étage.

«Je suis tellement content d’être ici, avec tout ce que j’ai vécu», ajoute la petite boule d’énergie, casquette du CH sur la tête.

En juin, sa vie a basculé, donnant un deuxième dur coup à la famille Germain. Quelques heures après son retour de l’école, il a perdu l’usage de ses mains et, deux jours plus tard, celui de ses jambes. Étendu sur son lit du centre hospitalier de l’Université Laval à Québec, il a reçu un diagnostic de leucémie aiguë lymphoblastique. Quarante-huit heures plus tard, il a commencé ses traitements, qui s’échelonneront jusqu’en juin 2018.

Combats gagnés

Cinq mois plus tard, après plusieurs complications et frayeurs, Justin est en rémission, mais le combat n’est pas terminé. «On n’était pas sûr, il y a quelques mois, qu’il soit encore là. Il a gagné plusieurs batailles, mais pas encore la guerre, témoigne sa marraine, Michelle, appuyée par sa sœur Audrey. Il s’est retroussé les manches et il se bat comme un homme.»

Ce moment en famille a valu son pesant d’or pour sa mère, forte dans cette autre épreuve que la vie lui a demandé de relever malgré ses 38 ans. «Ça signifie beaucoup. Nous avons passé à travers la première tempête, la perte de mon conjoint, et cette autre tempête nous a soudés comme famille, raconte-t-elle. C’est un morceau de bonheur à partager ensemble.»

Elle contemple son fils qui affiche un large sourire et qui bondit de joie. «Des beaux moments comme celui-là, on les apprécie à 150 %. Juste un petit bonheur nous fait du bien. C’en est un gros.»

Si le processus de guérison suit son cours, Justin passera au secondaire en pleine forme pour ensuite viser une carrière de cuisinier ou de designer automobile.

Une première à ne pas rater

Se relevant d’un récent traitement de chimiothérapie pour soigner un rhabdomyosarcome à la joue, Gabrielle, 15 ans, ne voulait surtout pas rater son premier rendez-vous avec le Canadien. Chandail bleu-blanc-rouge sur le dos, elle est devenue une vraie partisane durant son combat.

Se dirigeant avec son père vers son siège, situé tout juste derrière le banc des Flyers, elle oublie la panoplie de tests auxquels elle s’est soumise et ses souffrances de la dernière année.

«Je savais que je serais correcte pour venir au match, lance d’une faible voix la jeune fille qui était malade la veille.

«Je n’aurais surtout pas manqué ça», poursuit celle qui a le béguin pour Brendan Gallagher.

Gabrielle est tombée malade durant la période des Fêtes 2015. Une bosse sur la joue a rapidement grossi. Croyant plutôt qu’il s’agissait d’une infection causée par une blessure due à ses broches, la famille a été accablée par le diagnostic.

Prête à tout

Elle se bat contre un cancer qui aurait pu la dévisager. Plutôt que de subir une chirurgie, elle a d’abord opté pour de la chimiothérapie. Elle en est à son 12e cycle d’un traitement qui en compte 14 et qui devrait prendre fin en mars. Et s’il le faut, elle subira cette chirurgie pour vivre. Cette visite au Centre Bell est une récompense et une échappatoire.

«Ça fait oublier toute la maladie, raconte son père, Sylvain, un policier qui a mis sa carrière sur pause pour accompagner sa fille dans son combat. Quand on reçoit le diagnostic, on dirait que notre vie s’arrête et que tout va vite autour de nous. C’est un coup de masse dans le front. Cette soirée est donc une façon de relaxer. Il faut faire des activités et penser à autre chose.»

Avec sa victoire aux dépens des Flyers, le Canadien a fait une cinquantaine de jeunes enfants très heureux et contribué à cette soirée magique. À l’image du Tricolore, ces enfants continueront à se battre pour gagner leur combat.