/lifestyle/health
Navigation

Le VPH : l’ITS la plus fréquente du monde

Impfung gegen Grippe
Adam Gregor - Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Eh oui, le «virus du papillome humain (VPH)» est la maladie transmise sexuellement la plus fréquente au Canada et dans le monde entier.

La famille des VPH comprend presque 200 types de virus, dont une quarantaine pouvant infecter différentes parties du corps: col de l’utérus, vagin, vulve, pénis, anus, rectum. Mais ces mêmes virus peuvent aussi infecter toute la région de l’oropharynx et la cavité buccale (muqueuse de la bouche, gorge, langue et amygdales).

Contact peau à peau

Le VPH se transmet par un contact peau à peau ou encore entre peau et muqueuses. On estime qu’environ 75 % des gens sexuellement actifs souffriront d’une infection par le VPH à un moment donné, mais la plupart de ces infections disparaissent en l’espace d’un à deux ans et n’entraînent aucun symptôme. C’est pourquoi il est difficile de savoir exactement quand ou comment une personne a attrapé le virus. (1)

Parmi les types de VPH, on trouve ceux considérés comme étant à risque faible, soient les VPH 6 et 11, qui causent plus de 90 % des condylomes. Cependant, d’autres, comme les VPH 16 et 18, qui sont considérés comme étant à risque élevé, causent la plupart des cancers du col utérin, 40 % des cancers du vagin ou de la vulve, de 40 à 50 % des cancers du pénis et 90 % des cancers de l’anus. (2)

De plus, de 25 à 35 % des cancers oropharyngés (COP) et de la cavité buccale sont attribuables aux VPH à haut risque.

En 2012, 3760 Canadiens ont reçu un diagnostic de cancer associé au VPH et plus de 1100 sont décédés. On prévoit que ce nombre atteindra 4375 en 2016. (1)

Prévenir, oui, mais comment ?

Le condom peut réduire les risques d’infection par le VPH si on le met avant le contact sexuel peau sur peau. Mais il ne protège pas à 100 %. Le test Pap (test de dépistage du cancer du col de l’utérus) peut détecter précocement la présence de certaines lésions précancéreuses. Quant aux tests de dépistage du VPH, ils permettent de vérifier la présence de types de VPH à risque élevé et sont plus appropriés pour les femmes de 30 ans et plus. Mais ils ne sont pas encore disponibles partout.

Le meilleur moyen de prévention contre tous les types de cancer mentionnés précédemment demeure la vaccination. Offerte aux filles et aux garçons, elle prévient les infections liées aux plus fréquents types de VPH à risque élevé.

Trois vaccins anti-VPH sont offerts au Canada. Ils confèrent tous une protection très efficace, surtout lorsqu’ils sont administrés avant le début de la vie sexuelle. Ils sont sûrs et n’augmentent pas le risque de réactions indésirables graves. Les effets secondaires les plus fréquents sont: sensibilité, gonflement, démangeaisons et rougeur à l’endroit de l’injection.

Ne vaut-il pas mieux prévenir?

(1) www.cancer.ca

(2) https://cliniquelactuel.com

Nouvelle médicale

Le VPH ne menace pas que les femmes: les cancers de la bouche et de la gorge sont en forte hausse chez les hommes.

Selon la Société canadienne du cancer, «les taux de cancers de la bouche et de la gorge causés par le VPH grimpent en flèche chez les hommes et sont sur le point de dépasser le taux de cancer du col de l’utérus chez les femmes. L’incidence des cancers de la bouche et de la gorge associés au VPH a fait un bond considérable de 56 % chez les hommes et de 17 % chez les femmes entre 1992 et 2012. À l’heure actuelle au Canada, les cancers de la bouche et de la gorge représentent environ le tiers de tous les cancers associés au VPH».

Réf.: cancer.ca/statistiques

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.