/news/health
Navigation

Vers des médecins enfin plus humains

Vers des médecins enfin plus humains
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Les futurs étudiants en santé devront faire preuve d’empathie, d’intégrité et accepter la critique s’ils comptent être admis à l’Université de Montréal, qui veut former des médecins et pharmaciens plus «humains».

«Enfin!» s’exclame le président du Conseil de la protection des malades, Paul Brunet. «C’est fondamental, le savoir-être est aussi important — sinon plus — que le savoir-faire», poursuit-il.

Dès la rentrée 2017, l’Université de Montréal sera la première au Québec à évaluer les candidats à l’admission au moyen d’un test en ligne de 90 minutes, qui demande de réagir à 12 scénarios.

Le test, élaboré en Ontario, mesure les compétences transversales des futurs étudiants, comme la collaboration, la communication ou la gestion du stress.

Le test au ministre

Par exemple, si une collègue de travail vous annonce que ses parents en région éloignée sont malades et qu’elle envisage d’aller les aider, quitte à perdre son emploi, comment réagirez-vous et quels conseils lui donnerez-vous? demande-t-on dans ce test.

«Pour être un bon médecin, il ne faut pas communiquer comme un 2 x 4», lance Paul Brunet, ajoutant que les patients veulent aussi se sentir écoutés.

Il propose même au ministre de la Santé, Gaétan Barrette, de passer le test.

Fiable et valide

Selon la vice-rectrice adjointe aux affaires étudiantes, Chantal Pharand, ce test est «plus fiable et plus valide» que les entrevues que subissaient avant les futurs étudiants.

«Ça donne une chance à tous ceux qui font une demande d’admission de le passer», dit-elle. Ainsi, ce ne sont pas nécessairement les étudiants avec les meilleures notes qui seront admis en priorité, comme avant.

Les futurs dentistes, pharmaciens et optométristes feront le test. Les prochains médecins attendront 2018, puisque l’Université de Montréal tente de convaincre les autres facultés de médecine de lui emboîter le pas.

À l’Université Laval, la porte-parole Geneviève Bhérer soutient que le dossier est à l’étude.