/news
Navigation

Denis Coderre n’a pas fait d’ingérence politique selon Marc Parent

Denis Coderre n’a pas fait d’ingérence politique selon Marc Parent
Photo Ben Pelosse

Coup d'oeil sur cet article

MONTRÉAL – L’ancien chef de police de la Ville de Montréal, Marc Parent, a donné sa version des faits quant à l’enquête qu’il a dû effectuer à la demande du maire de Montréal, Denis Coderre, qui se sentait surveillé.

En 2014, Denis Coderre s’est plaint auprès de son chef de police de l’époque que des informations qui ne devaient pas être rendues publiques l’ont été. Marc Parent a confirmé en entrevue lundi qu’il a examiné cette demande du maire Coderre, et qu’il a fait enquête.

«Ma préoccupation, c’était de faire la lumière sur qui avait pu obtenir ces informations-là et les transmettre à une tierce partie. Ça, c’est mon devoir», a-t-il indiqué à TVA Nouvelles.

Marc Parent ne croit pas que le maire de Montréal ait fait de l’ingérence politique en s’adressant directement au chef de police, et que le statut du maire est particulier et justifie une intervention du chef de police.

«Il faut comprendre que le maire de Montréal est le premier magistrat de la Ville, il est en lien avec moi régulièrement. À partir du moment où je suis interpellé par une information qui vise un de mes policiers, c’est un devoir de diligence d’intervenir», a ajouté l’ancien chef du SPVM.

Marc Parent mentionne qu’il voulait s’assurer que ses policiers étaient intègres. «Ils doivent respecter leur serment de discrétion, c’est important. Je ne suis pas en train de justifier de l’écoute auprès des journalistes, ou de justifier des méthodes intrusives auprès des journalistes lorsqu’on fait des enquêtes», précise Marc Parent.

M. Parent indique qu’il n’a jamais demandé de mettre des journalistes sous écoute concernant cette enquête bien particulière. L'ancien chef du SPVM assure n’avoir jamais été mis sous pressions lorsqu’il s’agissait de traiter du dossier du maire Coderre. «En toute honnêteté, ça ne m’amenait pas une pression supplémentaire parce que dans ma façon de faire, j’ai toujours entrepris de faire faire des enquêtes sur une base éthique», a précisé M. Parent.

En juillet 2014, le journaliste Félix Séguin de notre Bureau d'enquête apprenait en primeur que le maire de Montréal, Denis Coderre, aurait réquisitionné une voiture de police pour se faire escorter au spectacle de Corey Hart au Centre Bell.

Quelques mois plus tard, en décembre 2014, le journaliste Yves Poirier dévoilait en exclusivité une contravention émise au maire Coderre pour excès de vitesse sur le territoire lavallois. Une contravention de 130 $ et deux points d'inaptitude.