/news/green
Navigation

Le fédéral investit 1,5 milliard $ pour protéger son littoral

Le fédéral investit 1,5 milliard $ pour protéger son littoral
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

VANCOUVER - Le gouvernement fédéral a annoncé, lundi, un investissement de 1,5 milliard $ sur cinq ans afin de protéger son littoral.

Dévoilé par Justin Trudeau à Vancouver, le Plan national de protection des océans vise à assurer la pérennité des côtes canadiennes à long terme.

La stratégie qui sera mise en place devra «assurer la viabilité de l’environnement, permettre un usage commercial sécuritaire et responsable, et favoriser la collaboration avec les communautés côtières et autochtones».

«L’économie, l’environnement et l’histoire du Canada sont intimement liés à nos régions côtières», a déclaré Justin Trudeau en point de presse dans la métropole de la Colombie-Britannique.

Plus concrètement, dans le cadre de sa stratégie, Ottawa souhaite déposer un projet de loi visant à interdire l’abandon d’un navire dans les voies navigables canadiennes, l’an prochain. Des «mesures adéquates» seront également prises afin de composer avec les navires abandonnés et les épaves qui jonchent actuellement le fond marin.

Le fédéral compte aussi faciliter la navigation le long de son littoral, en fournissant «des renseignements améliorés» aux navigateurs, aux populations autochtones et aux communautés côtières.

Enfin, une partie des sommes investies ira à la recherche de méthodes de nettoyage des déversements d’hydrocarbures.

«Le Plan de protection des océans constitue un pas important vers la gestion conjointe de nos côtes avec les communautés autochtones et côtières afin de veiller ensemble à ce qu’elles demeurent saines, propres et sécuritaires pour des générations à venir», a conclu le premier ministre.

Équiterre a souligné l’intérêt du gouvernement pour la protection des milieux marins, mais répète que ce même milieu est actuellement menacé par les projets de développement de pipelines.

«Nous saluons la volonté du gouvernement de protéger davantage nos côtes, mais nous croyons que ces plans de protection doivent être approuvés avant tout nouveau projet de pipeline», a déclaré Steven Guibeault, directeur principal d’Équiterre.»