/entertainment/music
Navigation

Rock, galaxie et Chocolat

Le groupe Chocolat
Photo Courtoisie, Audrey Canuel Le groupe Chocolat

Coup d'oeil sur cet article

Le groupe Chocolat tient du caméléon et le prouve avec un nouvel album complètement éclaté, Rencontrer Looloo. Entre ésotérisme, Zeitgeist et rock garage, la formation montréalaise continue son ascension fulgurante.

C’est l’histoire d’un band comme un autre, qui tombe sous l’emprise d’un demi-dieu intersidéral à la tête de guitare, évoluant dans un univers de pretzel et de Cherry Coke. La prémisse de Rencontrer Looloo laisse deviner un album concept, un pari un peu casse-cou. «C’est rare que ça se passe bien ce genre de trucs-là», lance d’emblée le réalisateur Emmanuel Éthier.

Voguant du jazz au rock, en passant par des touches de folk et de métal, Rencontrer Looloo est un véritable patchwork musical. «J’ai vraiment l’impression que c’est l’album le plus clair, mais aussi le plus bizarre que j’ai fait de ma courte vie. C’est hyper référentiel et codifié, mais en même temps il y a quelque chose de super étrange qui relie toutes les pièces», affirme Emmanuel Éthier.

Cette chose étrange, c’est le délire organisé qui a germé dans la tête de Jimmy Hunt, le chanteur du groupe. «Le Dieu de l’Espace, c’est la clé que Jimmy a trouvé pour relier toutes les pièces entre elles, ce qui fait qu’on a pu aller dans tous les styles musicaux et que ça reste cohérent», croit Christophe Lamarche-Ledoux.

Rencontrer Looloo, c’est l’aboutissement d’un processus créatif pour le moins original. «C’est Jimmy qui a écrit les paroles. Je pense qu’il a été très inspiré par des théories sur des lieux de culte anciens, des mythes entourant la construction des pyramides, comme dans Zeitgeist...» dit en riant le claviériste Christophe Lamarche-Ledoux. «Tu sais, les documentaires sur Netflix qui n’ont pas des grosses cotes d’écoute!, renchérit Emmanuel Éthier. Il y a un aspect Série B qui laisse un sourire en coin, mais c’est farfelu jusqu’à ce que tu t’y intéresses vraiment.»

Malgré l’avalanche de références et de clin d’oeils, les musiciens de Chocolat ont conservé une méthode de création toute simple. «Musicalement, on a clairement été influencés par le propos, mais les gens pensent qu’on se casse la tête pas mal plus qu’en réalité. Au final, on boit de la bière et on fait du rock», lâche en souriant Emmanuel Éthier.

  • Rencontrer Looloo sera disponible le 11 novembre.