/weekend
Navigation

Avenir ou menace pour la télévision?

Mark 
Zuckerberg 
créateur du 
réseau social 
Facebook.
Photo courtoisie Mark Zuckerberg créateur du réseau social Facebook.

Coup d'oeil sur cet article

Facebook se hisse à vitesse grand V dans la cour des diffuseurs de vidéos, jouant du coude avec les chaînes de télévision traditionnelles, offrant de plus en plus de matériel original.

Le réseau social créé par Mark Zuckerberg s’adapte rapidement aux goûts du marché. S’il a, comme d’autres médias sociaux, grugé les revenus publicitaires de la presse écrite, un phénomène similaire est en train de s’exercer avec la télévision. Parallèlement, les émissions ne peuvent plus «être» sans sa présence pour mesurer et solidifier l’engagement, mais aussi pour joindre un public volatile.

Stéphane Mailhiot
Photo courtoisie
Stéphane Mailhiot

«Facebook se positionne présentement comme le média nº1 pour la découverte de nouveaux contenus vidéo, affirme Sylvain Martel, responsable des ventes marketing et partenariats stratégiques (Chief Revenu Officer) chez Seevibes. Dans sa portée, Facebook rejoint quotidiennement l’équivalent d’un Superbowl.» Pour celui qui a fondé le bureau québécois de Facebook en 2013, avant de faire le saut chez Seevibes il y a deux mois, Facebook n’est pas une menace pour la télévision, quoique celle-ci doit s’adapter. «Facebook doit s’associer à des producteurs de contenus plutôt que de les remplacer.»

Sylvain Martel
Photo courtoisie
Sylvain Martel

Créer de l’attachement

En septembre seulement, près de 8 millions de vidéos auraient été lancées sur Facebook générant plus de 208 milliards de vues. Et si, jusqu’à maintenant, on utilisait Facebook et les autres réseaux sociaux pour faire croître l’attachement du public à une marque ou une émission en ajoutant des contenus exclusifs en parallèle ou en communiquant avec ses abonnés, ces plateformes jouent de plus en plus dans les platebandes de la télé traditionnelle.

Benoit Beaudoin
Photo courtoisie
Benoit Beaudoin

Un utilisateur de Facebook attaché à la page d’une de ses productions télé préférées a des chances de tomber sur un Facebook Live, tendance grandissante. «Le Facebook Live a remplacé la webcam, observe Stéphane Mailhiot, vice-président de la stratégie et responsable du service pour le Québec de Havas Woldwide Canada, révélant les coulisses d’une émission. La prochaine étape est d’y programmer des contenus faisant croire au direct.» Vingt-neuf millions d’internautes ont d’ailleurs été bernés la semaine dernière par des images de la Terre supposément en provenance de la station spatiale internationale laissant croire à une sortie dans l’espace. Une vidéo qui datait de plus d’un an.

Ricky Gervais et 
son chat via un 
Facebook Live.
Photo facebook
Ricky Gervais et son chat via un Facebook Live.

Zapping hors télé

«On entend depuis un certain temps que la télévision est en crise, qu’elle doit renouveler sa base d’auditeurs et que les jeunes, qu’elle cherche à séduire, sont maintenant sur les plateformes numériques, explique Mailhiot. On regarde plus de vidéos, mais moins de télévision. Le zapping se fait maintenant sur Facebook.»

En mars dernier, la chaîne câblée américaine E ! lançait son premier 
talkshow en Facebook Live. Live from E ! est un rendez-vous quotidien 
de 20 minutes, diffusé à 12 h 30, qui relaye les dernières informations 
dans le domaine artistique, simplement filmé avec un IPhone 6.
Photo facebook
En mars dernier, la chaîne câblée américaine E ! lançait son premier talkshow en Facebook Live. Live from E ! est un rendez-vous quotidien de 20 minutes, diffusé à 12 h 30, qui relaye les dernières informations dans le domaine artistique, simplement filmé avec un IPhone 6.

En mars dernier, la chaîne câblée américaine E! lançait son premier talkshow en Facebook Live. Live from E! est un rendez-vous quotidien de 20 minutes, diffusé à 12 h 30, qui relaye les dernières informations dans le domaine artistique, simplement filmé avec un IPhone 6. Ricky Gervais donne régulièrement des nouvelles de son chat via un Facebook Live.

Vingt-neuf millions d’internautes ont 
été bernés par des images de la Terre 
supposément en provenance de la 
station spatiale internationale qui ont été 
publiées, laissant croire à une sortie 
dans l’espace. Une vidéo qui datait de 
plus d’un an.
Photo courtoisie
Vingt-neuf millions d’internautes ont été bernés par des images de la Terre supposément en provenance de la station spatiale internationale qui ont été publiées, laissant croire à une sortie dans l’espace. Une vidéo qui datait de plus d’un an.

Fox Sports et le Sports Illustrated se sont récemment associés pour produire Live @ the World Series, une émission d’avant-match lors du dernier championnat de baseball. L’expérience sera répétée pour le SuperBowl et possiblement d’autres événements sportifs grandioses.

En France, on a assisté cette semaine à la naissance de Brutus, première émission politique diffusée en Facebook Live. Alain Juppé y a été le premier invité. ABC a diffusé les débats présidentiels en direct sur Facebook, ayant un réel effet sur les inscriptions aux listes électorales. Bref, ce qui risque de faire jaser trouve rapidement sa place sur la plateforme.

Fox Sports et le Sports Illustrated se sont récemment 
associés pour produire Live @ the World Series, une émission 
d’avant-match lors du dernier championnat de baseball.
Photo courtoisie
Fox Sports et le Sports Illustrated se sont récemment associés pour produire Live @ the World Series, une émission d’avant-match lors du dernier championnat de baseball.

Une valeur monnayable

Facebook est une entreprise lucrative. Mais le modèle de financement en tant que producteur est actuellement à l’essai. «L’avantage de Facebook est qu’il garde une connaissance du lecteur. Et la pub est géolocalisée, mentionne Stéphane Mailhiot. Facebook est le champion pour te mettre une publicité de bottes que t’as cherchée sur internet. Sans payer pour le contenu, il se fait de l’argent.» Alors qu’un YouTuber qui atteint un certain nombre de clics reçoit un pourcentage des revenus.

En France, on a assisté cette semaine à 
la naissance de Brutus, première 
émission politique à être diffusée en 
Facebook Live. Alain Juppé y a été le 
premier invité.
Photo facebook
En France, on a assisté cette semaine à la naissance de Brutus, première émission politique à être diffusée en Facebook Live. Alain Juppé y a été le premier invité.

«La plateforme s’insère entre un contenu et un usager en se prenant une cote au passage, poursuit-il. La solution serait qu’il y ait une alliance entre Facebook et les chaînes télé pour qu’il y ait un partage des revenus. On doit assurément redéfinir les bases du financement public.» Selon Sylvain Martel, Facebook développerait en coulisses des méthodes de financement assurant une pérennité avec les producteurs de contenu. Messenger risque d’occuper aussi une place grandissante dans la diffusion de contenu prochainement.

«Être associé à une plateforme bien implantée est plus rapide que de trouver un distributeur, explique Benoit Beaudoin, directeur des contenus numériques de TV5. C’est une communauté prête à recevoir du contenu. Le sous-titrage est automatiquement déclenché sur une vidéo sur Facebook, sans géoblocage. Le seul souci c’est qu’il n’y a pas de retour sur le financement.»

Fiction originale

Connexion en cours
Photo courtoisie
Connexion en cours

Dernièrement, TV5 lançait, en collaboration avec TV5 Monde, une première série de fiction exclusivement développée pour Facebook.

C’est l’auteur et acteur Mani Soleymanlou qui a relevé le défi d’écrire cette série. Connexion en cours, ce sont trois personnages qui se parlent par vidéo-conférence. Un père installé en France pour le travail, et sa mère et sa fille, toutes deux au Québec. Comme dans toutes les œuvres de Soleymanlou, la diversité et l’identité sont au cœur des conversations dont nous sommes témoins.

Mark 
Zuckerberg 
créateur du 
réseau social 
Facebook.
Photo courtoisie

Il a embarqué dans le projet avec enthousiasme sans avoir au préalable une grande connaissance du média. «Je ne connaissais pas le phénomène des YouTubers, avoue-t-il. J’ai été fasciné par la plateforme et aussi par sa démocratisation. Tout circule à une vitesse phénoménale. Je souhaitais utiliser l’efficacité du médium tout en y offrant du contenu. On avait le désir de respecter le reflet réel de la conversation vidéo à travers une fiction. On y retrouve les codes d’échanges, l’apparition de post, explique Benoît Beaudoin. Au niveau de l’écriture, il a fallu condenser les histoires, s’assurer des punchs, développer des idées accrocheuses, ajoute Mani.» Connexion en cours se développe en 35 épisodes de 3:30 min qui apparaîtront d’ici le mois de décembre. On y aborde intelligemment des sujets actuels. Une très jolie initiative qui a rapidement trouvé son public.

Mark 
Zuckerberg 
créateur du 
réseau social 
Facebook.
Photo courtoisie

En moins de deux semaines, les premiers épisodes de la série ont enregistré plus de 200 000 branchements, avec une portée de 800 000 et un taux d’engagement de 19 %, ce qui est excellent. Preuve qu’il existe du contenu intelligent sur les réseaux sociaux. Cette opportunité représente aussi une stratégie porteuse afin de faire connaître nos talents aux marchés étrangers. Si la compétition est plus forte, cette ouverture sur le monde peut engendrer d’autres collaborations ou, simplement, permettre à des gens d’ailleurs de poser leur regard sur nos créateurs.

Mani Soleymanlou
Photo courtoisie
Mani Soleymanlou