/world/usa
Navigation

Un Angry White Man qui s’assume

Evann Tremblay aimerait que le phénomène Trump se transporte au Québec afin de relancer l’économie et l’entrepreneuriat.
Photo Martin Chevalier Evann Tremblay aimerait que le phénomène Trump se transporte au Québec afin de relancer l’économie et l’entrepreneuriat.

Coup d'oeil sur cet article

C’est le plan économique et ses politiques en matière de relations internationales qui ont attiré Evann Tremblay vers le discours de Donald Trump.

«J’ai aimé Trump dès le début, mais on a vu au cours de la campagne qu’il était de plus en plus présidentiel. Il a appris très vite, alors que c’était un homme d’affaires. Il a vraiment pris de la maturité», souligne-t-il.

Selon l’homme de 34 ans, la présence de Donald Trump à la Maison-Blanche va permettre de désamorcer les tensions avec la Russie et ainsi éviter une troisième guerre mondiale.

«Je suis un homme, je n’ai pas envie d’être obligé d’aller me battre. Trump va pouvoir diminuer les tensions et maintenir un lien paisible avec la Russie», prétend-il.

Toutes les frasques de Donald Trump qui ont été rapportées par les médias pendant la campagne électorale n’inquiètent pas le trentenaire.

«Il n’y a personne de parfait. Je me fie plus aux actions qu’aux paroles ou aux allégations contre lui. Jésus se serait présenté et on aurait trouvé quelque chose contre lui», ironise-t-il.

«On ne peut pas nier que Trump gère 30 000 employés. C’est donc un homme d’intégrité et de discipline», avance-t-il.

Réduire les impôts

Le technicien comptable de formation croit que l’expérience en affaires de Trump lui donne confiance en ses capacités à prendre des décisions en matière économique.

Résident de Sainte-Thérèse, sur la Rive-Nord de Montréal, il croit beaucoup aux bienfaits du libre marché.

La volonté de Trump de baisser les impôts des entreprises est donc une excellente nouvelle pour nos voisins du sud, et un exemple à suivre, selon lui.

«En imposant les entreprises à 35 %, on les empêche d’engager de nouveaux employés ou de renouveler leurs équipements», indique-t-il.

Il croit qu’on limiterait de cette façon l’évasion fiscale et qu’on encouragerait les entreprises à être plus charitables.

Il partage également la position de Trump sur l’immigration, qui veut notamment expulser les 11,3 millions d’immigrants illégaux au pays et empêcher temporairement les immigrants musulmans d’entrer aux États-Unis.

M. Tremblay espère qu’un politicien ou une politicienne de la trempe du nouveau président américain se manifestera aussi au Québec.

«On est une des provinces qui se pose le plus en victime. Ça m’attriste parce que le Québec a tellement de potentiel, mais on est en train de l’écraser. Le peuple entrepreneurial déménage, le peuple éduqué déménage. Il faut quelqu’un qui rallume le flambeau», insiste-t-il.