/news/currentevents
Navigation

Femmes autochtones: On saura vendredi si des policiers de Val-d’Or sont accusés

priscilla papatie
Capture d'écran Radio-Canada Priscilla Papatie est une des femmes qui a dénoncé un policier de Val-d’Or.

Coup d'oeil sur cet article

VAL-D’OR | Le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) annoncera vendredi s’il dépose des accusations criminelles contre des policiers de Val-d’Or en lien avec les allégations d’abus de la part de plusieurs femmes autochtones.

Le SPVM avait soumis 37 dossiers au DPCP lors de la première phase de l’enquête qui s’est terminée le 4 avril dernier et qui visait à enquêter sur des policiers de Val-d’Or. Depuis, l’enquête s’est élargie à l’ensemble du Québec.

Le DPCP doit décider s’il a assez de preuves pour porter des accusations criminelles contre des policiers de Val-d’Or.

En octobre 2015, plusieurs femmes autochtones ont allégué avoir été victimes d’abus physiques et sexuels de la part de policiers de la Sûreté du Québec de Val-d’Or.

À la suite de ces allégations, l’enquête avait été transférée au Service de police de Montréal.

Huit policiers avaient été suspendus après les allégations, mais deux d’entre eux sont revenus en poste depuis puisqu’il avait été prouvé qu’ils ne travaillaient même pas à Val-d’Or au moment des faits allégués par les femmes autochtones. Six policiers sont toujours suspendus.

Plaignantes informées

Le DPCP a annoncé lundi matin qu’il allait informer les plaignants et plaignantes cette semaine s’il y aura ou non des accusations concernant leur plainte.

Les procureurs de la Couronne tiendront par la suite une conférence de presse vendredi pour expliquer ses décisions.

Très attendue

La chef de la communauté algonquine de Lac-Simon, située près de Val-d’Or, Adrienne Jérôme, affirme que la décision du DPCP est très attendue dans sa communauté. «Oui c’est certain qu’il y aura des accusations... Enfin, j’espère», dit-elle.

Selon elle, les relations entre les policiers et les autochtones sont toujours au cœur des discussions des citoyens de Lac-Simon. «C’est très difficile de porter plainte. Surtout contre des policiers. Moi, je crois les femmes et on est là pour elles», dit-elle.

Dans la foulée du reportage de l’émission Enquête sur les présumés abus des policiers envers les femmes autochtones, 41 policiers de Val-d’Or ont intenté une poursuite de 2,3 M$ contre Radio-Canada et la journaliste Josée Dupuis.