/news/politics
Navigation

Québec ne ferme pas la porte au gaz de schiste

gaz de schiste
Photo Getty Images

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Couillard ne ferme pas la porte au gaz de schiste dans les basses terres du Saint-Laurent, même si cette avenue n’est pas possible «à court terme».

«Nous, on est opposé à des moratoires. On pense que les technologies évoluent, on pense qu’il faut laisser la chance de se faire. On a des règlements pour contrôler ces éléments-là», a lancé le ministre des Ressources naturelles Pierre Arcand en mêlée de presse mardi à l’Assemblée nationale.

M. Arcand réagissait à de nouvelles attaques des partis d’opposition et d’un groupe citoyen contre le projet de loi 106 sur les hydrocarbures. Pour le Parti québécois et Québec solidaire, il est anormal que le gouvernement libéral n’écrive pas noir sur blanc qu’il s’oppose à l’exploitation d’hydrocarbure au Québec.

En septembre, M. Couillard avait déclaré qu’il «n’y aura pas» de fracturation dans les basses terres du Saint-Laurent. Pour la députée de QS Manon Massé, il faut tout de même l’inscrire dans la loi. «Les premiers ministres changent», a-t-elle lancé.

Serge Fortier, coordonnateur des équipes d’inspection citoyennes qui ont eu une entente avec le ministère de l’Énergie pour inspecter les puits, a même affirmé que c’était de la «bullshit».

M. Arcand est conscient des propos du premier ministre, mais souligne que sa pièce législative ne vise pas à interdire l’exploitation des hydrocarbures, mais l’encadrer. «On ne peut pas être dans une situation ou on s’empêche d’avoir ces options», a-t-il noté.

Il dit par exemple que pour rendre acceptables les forages en Montérégie, il faudrait «une acceptabilité sociale». «Mais ce n’est pas le cas et arrêtons de poser la question», a-t-il ajouté.

700 puits

Le ministre Arcand a par ailleurs reconnu qu’il existait environ 700 puits abandonnés au Québec, vestige d’un siècle d’exploration pétrolière et gazière. Il publiera d’ici la fin de la semaine un rapport sur l’état de ces puits, qui laisseraient s’échapper du gaz, mais qui ne représenteraient pas de danger pour la sécurité de la population.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.