/finance/business
Navigation

Près de 800 employés de l'ARC touchés au Québec par une réorganisation et une relocalisation

agence du revenu du canada ARC
Photo Archive / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le travail de 778 employés de l’Agence de revenu du Canada au Québec se retrouve chamboulé en raison d’une restructuration majeure, notamment à Laval, où règne une certaine panique selon le syndicat.

«Je vous dirais qu’il y en a qui sont assez paniqués [à Laval]. Les gens craignent de devoir déménager dans une autre région ou de se retrouver avec un emploi qui leur plaît moins», indique Marc Brière, vice-président national du syndicat des employés de l’impôt.

L’Agence du revenu du Canada (ARC) a en effet annoncé jeudi une vague d’importantes «réinstallations» de son personnel. Les tâches de plusieurs centres fiscaux seront transformées, ce qui affectera le travail de 2396 employés à travers le pays.

Par exemple, le centre de Shawinigan sera converti en centre national de vérification et de recouvrement, tandis que les bureaux du Grand Montréal se concentreront sur les dossiers de recouvrement complexes de leur région.

Pour ce faire, 297 employés permanents de la région de Montréal recevront une lettre de réinstallation, tout comme 392 à Shawinigan et 89 à Jonquière.

Pas d'abolitions

«La majorité des employés peuvent choisir de se réinstaller dans d’autres centres de traitement au pays ou d’accepter un nouveau poste dans un bureau se trouvant dans un rayon de 40 km», indique la porte-parole Julie Pronovost.

«Il n’y a pas de coupure de postes. Même qu’il y aura plus d’emplois, et non pas moins», assure Mme Pronovost.

Le syndicat, de son côté, se demande toutefois ce qui adviendra des employés occasionnels et contractuels qui n’ont pas de poste permanent. «Quand on leur en parle, [les responsables de l’ARC] nous disent qu’ils ne savent pas», déplore M. Brière.

Il critique aussi le fait que le syndicat n’ait pas été consulté avant ce changement majeur. «Les informations sont fragmentaires. Il y a un manque de transparence», affirme-t-il.

 

Plus de détails à venir.