/sacchips/spicy
Navigation

Êtes-vous prêts pour du sexe avec des robots?

Êtes-vous prêts pour du sexe avec des robots?
hideyuki suzuki - Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Les intelligences artificielles et les applications de réalité virtuelle ont fait couler beaucoup d’encre au courant des derniers mois. Il faut dire que celles-ci sont de plus en plus sophistiquées. Certaines voix s’élèvent même pour nous mettre en garde contre des intelligences artificielles (IA) qui seront capables d’apprendre et de se modifier toutes seules. S’ajoutant à la liste des percées des IA qu’il faudrait peut-être craindre: la sexualité.
 
Ian Pearson est un futurologue britannique (un futurologue tente d’entrevoir les tendances futures dans plusieurs domaines) qui s’est penché sur la question de la sexualité avec des intelligences artificielles et la réalité virtuelle.
 
Selon lui, en 2050, la sexualité avec les robots (la sexualité assistée? la sexualité augmentée?) sera commune au point où elle surpassera la bonne vieille sexualité entre être humains. Et ce sera ben correct, car les robots seront en fait de bien meilleurs amants.
 
Bon, c’est vrai que lorsqu’il est question d’actionner des boutons et des leviers, on peut imaginer que les robots feront effectivement un excellent boulot! En plus, ils sont infatigables, sans maladie, et il n’y a pas ce moment awkward après, car hey! c’est un robot!
 
 
Sera-ce suffisant pour que des humains veuillent encore passer à l’acte ensemble ou ce sera trop plate? Selon Pearson, la sexualité et l’amour seront de plus en plus séparés. En fait, les relations amoureuses existeront toujours, et elles seront apparemment d’une qualité absolument exemplaire, car la sexualité n’y sera plus particulièrement importante.
 
Sondage
Êtes-vous intéressés par la sexualité avec des intelligences artificielles ou par le truchement de la réalité virtuelle?

Non, il faut que je sente de la peau (chaude) sous mes doigts!

«Infatigables, sans maladie, sans moment awkward»? Où puis-je signer?

Informations additionelles: The Next Web