/lifestyle/health
Navigation

Moins de sucre pour des enfants plus zens

happy child girl loves to eat vegetables and showing thumbs up
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Anxiété, stress, manque d’énergie, déficit d’attention, hyperactivité, obésité... Et si tous ces maux qui affectent nos enfants à des degrés divers étaient causés par une alimentation déficiente ?

Le naturopathe Martin Allard n’est pas encore prêt à l’affirmer hors de tout doute, mais il croit qu’une alimentation mieux équilibrée, combinée à une augmentation de l’activité physique, peut contribuer à améliorer la capacité de concentration et le niveau d’éner­gie de notre progéniture. Il l’observe d’ailleurs régulièrement dans sa pratique. Lorsque ses clients suivent ses con­seils et apportent les changements recommandés à l’alimentation de leurs enfants, leur comportement s’améliore notablement.

«Nos enfants sont confrontés à une surabondance d’aliments industriels remplis d’additifs et de colorants qu’on soupçonne de perturber leurs mécanismes naturels de croissance», soutient-il dans son nouveau livre Alimentation parents/enfants, un guide pour aider vos enfants à bien s’alimenter, qui vient de paraître aux éditions La Semaine.

Alimentation parents/enfants, un guide pour aider vos enfants à bien s’alimenter, Martin Allard, Éditions La Semaine, 168 pages
Photo courtoisie
Alimentation parents/enfants, un guide pour aider vos enfants à bien s’alimenter, Martin Allard, Éditions La Semaine, 168 pages

Sans vouloir faire la morale à qui que ce soit, il constate que l’assiette de la plupart des Québécois contient encore trop d’aliments transformés, mais surtout beaucoup trop de glucides (sucre sous toutes ses formes).

«On ne se racontera pas d’histoire. Beaucoup d’enfants déjeunent avec des céréales commerciales ou une rôtie de pain blanc avec une tartinade à la noisette bourrée de sucre et de mauvais gras, mangent un sandwich pour le lunch, une barre tendre trop sucrée en collation et se régalent d’une lasagne maison au souper. Dans les trois cas, il y a omniprésence des glucides, un carburant utile, mais qui s’épuise rapidement», fait-il valoir.

Dans un monde idéal, il faudrait à son avis réduire l’apport de glucides à chaque repas pour faire plus de place aux fruits et légumes, consommer des bons gras (avocat, huile d’olive, etc.) et augmenter la quantité de protéines, surtout au petit-déjeuner.

Comment? En remplaçant le traditionnel jus d’orange par des fruits entiers, par exemple, les tartinades commerciales aux noisettes par des beurres de noix naturels sans sucre ajouté, ou en consommant du gruau ou des œufs plutôt que des céréales commerciales contenant peu de protéines.

Son discours n’est pas nouveau, mais il faut parfois frapper longtemps sur le même clou pour que le message passe enfin. Son livre, bien vulgarisé et facile à lire, avec un chapitre consacré au TDAH, détruit certains mythes sur l’alimentation, donne des conseils, des recettes et des outils simples et pratiques pour permettre aux parents ainsi qu’à leurs enfants d’améliorer leur santé et leur bien-être, un jour à la fois.

5 bienfaits d’une alimentation équilibrée

1• Elle améliore la mémoire, la concentration et, par le fait même, les performances ­scolaires.

2• Elle améliore les performances sportives.

3• Son impact sur la santé globale est notable. Elle permet de renforcer le système immunitaire et, donc, éloigne les maladies.

4• Elle aide à prévenir le diabète, l’obésité et le cancer.

5• Elle permet de stabiliser l’humeur et d’augmenter le niveau d’énergie.

9 trucs et conseils pour profiter des bienfaits d’une alimentation équilibrée

1• Réduisez l’apport en ­glucides de source industrielle en évitant, entre autres, les produits transformés tels que biscuits, barres tendres dites santés malgré tout le ­sucre ajouté, gâteaux, ­croustilles, tartinades de ­noisettes et autres friandises commerciales.

2• Consommez moins de produits laitiers. Un demi à un verre de lait et une ­portion de yogourt grec par jour devrait suffire. D’autres aliments comme le brocoli contiennent aussi beaucoup de calcium.

3• Consommez davantage de légumes (voir les trucs de parents dans le livre) et plus de fruits naturels. Contrairement aux jus de fruits, un fruit entier avec ses enzymes, vitamines, minéraux et fibres sera utilisé plus ­avantageusement par le corps.

4• Dans le pâté chinois, remplacez les pommes de terre par de la purée de choux fleur. Les enfants n’y verront que du feu.

5• Augmenter l’apport en protéines (viandes, ­volailles, poissons, légumineuses, noix, œufs, etc.) pour augmenter le niveau d’énergie et de concentration des enfants. Si la viande coûte plus cher à l’achat que les pâtes, il en faut moins pour procurer un sentiment de satiété ­durable.

6• Bonifier les céréales en protéines en y ajoutant des noix.

7• Un repas festif au choix, occasionnellement, fait aussi partie de l’alimentation des jeunes.

8• Encouragez vos enfants à être plus actifs. Ils sont programmés pour bouger et le sport facilite la concentration.

9• Mangez bio et local dans la mesure du possible, mais n’en faites pas une ­obsession.