/news/transports
Navigation

«Cut the bullshit»: Paul Arcand pogne les nerfs en ondes

Paul Arcand
Photo d’archives Paul Arcand

Coup d'oeil sur cet article

Paul Arcand n'entendait pas à rire lorsqu'il s'est entretenu avec le vice-président du syndicat des chauffeurs d'autobus, Daniel Leroux, lundi matin, au micro du 98,5 FM.

La perturbation d'une douzaine de lignes de la STM dans le secteur Anjou a gâché une matinée déjà hasardeuse en raison de la météo pour de nombreux utilisateurs du transport en commun. 

Arcand a d'abord accueili M. Leroux comme n'importe quel invité reçu à son émission.

«Nous en parlons avec Daniel Leroux, qui est le vice-président du syndicat des chauffeurs d'autobus. M. Leroux bonjour.»

«Bonjour, ça va bien?», a demandé M. Leroux.

«Non», a répondu sèchement Arcand. La table était mise pour le ton du reste de l'entretien.

L'animateur a d'abord offert l'oppurtunité à M. Leroux d'expliquer ce qui est survenu ce matin, à Anjou. 

«Transports Québec a changé la façon de faire pour faire la RDS. Ça c'est la ronde de sécurité que le chauffeur doit faire au moment où ils prend possession de son autobus. C'est pas de la faute de la STM, c'est pas de la faute des chauffeurs, c'est pas de la faute de personne. Les lois ont changé à partir de hier (dimanche) matin. On a demandé à la STM d'abord d'avoir une formation. La STM a jugé que y'avait pas assez d'information à donner donc ils ont fait un kiosque d'information Ils ont fait seulement une journée de kiosque. Nous on a des chauffeurs qui ont des journées off dans la semaine donc ils ont jamais été mis au courant. On a avisé la STM. La STM a dit: "on va envoyer une correspondance à la maison avisant tous les chauffeurs de la nouvelle façon de faire". J'ai dit: "Ok, c'est correct." La correspondance, vendredi après-midi, était pas rentrée encore pour les chauffeurs. La STM l'a mallé en retard, elle était pas encore rentrée. Donc j'ai avisé la STM que probablement qu'on aurait des problèmes car des gens ne seraient pas au courant de la nouvelle façon de faire. Ce qu'on m'a dit c'est qu'on va mettre des correspondances dans tous les autobus, hier matin et ce matin pour que les chauffeurs prennent connaissance de la nouvelle façon de faire. Le chauffeur, quand il entre dans son centre de transport, va voir le commis, prend son bulletin de travail et marque son numéro d'autobus avant de se rendre à son véhicule. Mais l'information, il l'a pas dans la salle présentenement. Donc le chauffeurs demandaient l'information mais l'information a pas été donnée. Eux ont attendu d'avoir l'information comme il faut pis une fois qu'il ont eu l'information, ils sont sortis.»

Puis, il a partagé sa façon de penser.

«Vous, vous vous en crissez de mettre du monde sur le trottoir? M. Leroux, vous avez une grosse job syndiquée, blindée, pis y'a du monde, familles monoparentales, des étudiants, du monde au salaire minimum qui ont niaisé sur le coin de la rue ce matin. C'est pas un matin ben ben glorieux. Y'a des chauffeurs de votre gang qui m'écrivent pour dire qu'ils ont honte. [...] Ce matin, vous devriez vous mettre la tête dans le sable.»

«Je vous ai laissé exposer votre bullshit tantôt. La vraie vie, c'est qu'une petite gue-guerre syndicale de bureaucratie, de petits formulaires. Pis y'a des chauffeurs qui au moins ont eu le courage de sortir dans les autres garages pis à Anjou, comme bizarrement, t'as 200 chauffeurs qui sortent pas. Come on.»

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.